Le village de Médina Sy attristé par le décès d’Al Amine, son fondateur
APS
SENEGAL-RELIGIONS-AGRICULTURE

Le village de Médina Sy attristé par le décès d’Al Amine, son fondateur

Médina Sy (Kaffrine), 27 sept (APS) – Le village de Médina Sy, situé dans la région de Kaffrine (centre), recouvre une facette vraisemblablement peu connue des Sénégalais et peut-être des disciples de son fondateur, le khalife général des tidjanes, Serigne Abdoul Aziz Sy Al Amine, décédé vendredi dernier à Tivaouane (ouest), à l’âge de 90 ans. 
 
Serigne Abdoul Aziz Sy avait choisi les terres fertiles de ce village de la commune de Dianké-Souf (département de Malem Hodar) pour assouvir sa passion pour l’agriculture.
 
Le sixième khalife général des tidjanes, fils de Sokhna Astou Kane et de Serigne Babacar Sy (1885-1957), le premier khalife de Seydi Elhadji Malick Sy (1855-1922), avait jeté son dévolu sur les terres de ce village situé à quelques kilomètres de Boulel, qu’il a fondé lui-même en 1965 et baptisé Médina Sy, pour exploiter de vastes champs.
 
"A 23 jours de son décès, Al Amine était à Médina Sy. Aujourd’hui, il est parti. C’est une grande perte pour la population de Médina Sy", témoigne Elhadji Cheikh Diouf, un habitant du village et disciple du défunt marabout, khalife général des tidjanes du Sénégal depuis le décès de son frère Cheikh Tidiane Sy Al Makhtoum, en mars dernier.
 
Selon M. Diouf, Al Amine ne faisait pas qu’exploiter ses vastes champs à Médina Sy. Il choyait aussi les villageois. "Nous avons perdu un homme d’une grande dimension, un homme exceptionnel, qui a toujours aidé les gens. Il baptisait les enfants du village, célébrait les mariages et payait même nos médicaments. Bref, il s’occupait de tout", dit Elhadji Cheikh Diouf.
 
Le marabout lui avait confié la garde et l’exploitation de l’un de ses champs, qui s’étendent à perte de vue.
 
"Rares sont des gens qui cultivent de si vastes superficies, ici. Il est impossible de dire combien d’hectares Serigne Abdoul Aziz Sy exploite à Médina Sy", fait remarquer M. Diouf.
 
L’exploitation de ces terres est la matérialisation d’un credo d’Al Amine qui, selon ce disciple, a toujours fait comprendre aux fidèles qu’un pays ne pouvait se développer sans l’agriculture.
 
"L’agriculture occupait une partie de son vécu. Il a toujours exhorté les jeunes à s’intéresser à la science et à l’agriculture. Al Amine recommandait toujours aux disciples la prière et le travail. Nous avons perdu un grand homme", témoigne-t-il.
 
Mais les habitants de ce village de la région de Kaffrine se souviennent, par-dessus tout, de la dimension religieuse de Serigne Abdoul Aziz Sy, même s’ils sont impressionnés par l’importance qu’il accordait à la culture de la terre.
 
Abbas Samb, un habitant de Médina Sy attristé comme tant d’autres par le décès de son guide religieux, juge "impossible" de mesurer la personnalité du marabout. "C’est un homme d’ouverture, un homme d’une grandeur exceptionnelle. Il aimait la science et l’agriculture. Les habitants de Médina Sy vont toujours pleurer un des leurs, qui est parti", affirme M. Samb, qui faisait partie des plus proches collaborateurs du guide religieux, dans ce village.
 
"Il venait souvent à Médina Sy. A la fin de l’hivernage, il s’y rendait pour encourager les fidèles. Il ne pratiquait pas l’agriculture dans le but de s’enrichir. Pour l’exploitation de ses champs, Serigne Abdoul Aziz Sy Al Amine dépensait plus qu’il ne gagnait. Bref, il travaillait pour tout le monde", se souvient Abass Samb.

MNF/ESF/ASG