Acte 3, phase 2 : les collectivités territoriales de Thiès formulent leurs attentes
APS
SENEGAL-COLLECTIVITES-REFORME

Acte 3, phase 2 : les collectivités territoriales de Thiès formulent leurs attentes

Thiès, 22 juil (APS) - Les collectivités territoriales de la région de Thiès ont formulé, lundi, lors d’un CRD spécial, leurs attentes par rapport à la deuxième phase de l’Acte 3 de la décentralisation, pour résoudre les difficultés qu’elles rencontrent dans ce processus.

Ces difficultés portant sur la faiblesse des revenus collectivités concernés, le manque d’infrastructures, l’incohérence territoriale, la faible assiette foncière dont elles disposent, entre autres, ont été exposées au ministre des Collectivités territoriales et de l’Aménagement du territoire, Omar Guèye, qui présidait un CRD spécial d’évaluation de l’Acte 3 de la décentralisation, réforme en cours depuis 2014.
 
La rencontre, 13-ème et avant dernière du genre dans les régions, s’était tenue à la gouvernance de Thiès, avec une forte présence d’élus locaux, notamment de maires. Les conseils départementaux et la société civile étaient aussi représentés.
 
La délégation ministérielle était aussi forte de responsables de projets et programmes, ainsi que des services du ministère qui se sont joints aux services déconcentrés au niveau local.
 
A cette occasion, le maire de Pambal, Cheikh Tidiane Dione, a souligné l’"urgence" de sévir pour régler les contentieux entre collectivités territoriales, liés à leur délimitation.
 
Il a aussi déploré le fait que Pambal, une jeune commune de la région de Thiès, ne dispose ni d’hôtel de ville, ni de lieu pour abriter les grandes rencontres. 

Des requêtes auprès de l’Agence nationale de l’aménagement du territoire (ANAT) et de l’Agence de développement local (ADL), sont restées sans suite, a-t-il regretté.
 
M. Dione a aussi insisté sur l’impact quasi-nul des sociétés minières présentes dans la zone, ne faisant, selon lui, "aucun acte de responsabilité sociétale d’entreprise (RSE)".
 
Même cri du cœur de la part de Moda Samb, adjoint au maire de la commune de Darou Khoudoss, qui abrite les sociétés minières GCO, ICS et Africa Energy.

Cette commune dispose d’un budget de 200 millions de francs CFA, mais les sociétés minières opérant sur son territoire, toutes exonérées de taxe, ont leur siège social à Dakar.
 
S’y ajoute qu’elles occupent des milliers d’hectares sur l’assiette foncière de la commune. 
 
A elle seule GCO se retrouve avec 45.000 ha. Privée des superficies affectées aux autres entreprises, ainsi que celle située sur l’emprise de la bande des filaos, la commune fait face à un problème foncier.
 
Abondant dans le même sens, Abdoul Aziz Diop du Forum civil a déploré que 90 milliards de francs CFA soient versés à l’Etat par les sociétés minières de la région en 2016 et 2017, alors que seul 1,1 milliard a été alloué aux 53 collectivités territoriales sur une durée de 6 ans (2010-2015). 
 
Sur cette enveloppe, seuls 7 millions étaient allés à Darou Khoudoss. "Cela ne peut pas développer les collectivités territoriales", a-t-il estimé.
 
Le maire de Thiès-Nord Lamine Diallo a fustigé l’impossibilité des maires de communes d’arrondissement d’initier des projets de lotissement. 
 
Suite à un rapport de l’IGE de 2012, cette compétence est maintenant dévolue à la seule ville de Thiès, a-t-il dit.
 
Les communes d’arrondissement se sont retrouvées avec des masses salariales qui passent de 3 millions avant l’Acte 3 à 12 millions après l’entrée en vigueur de cette réforme, du fait du redéploiement du personnel. Ce qui, dit-il "plombe (leurs) possibilités d’investissement".
 
Le conseiller municipal de Tassette Saydou Kâ, a proposé comme solution à la difficile cohabitation entre éleveurs et agriculteurs, la déclassification d’une des 10 forêts classées que compte la région de Thiès, pour en faire un ranch pouvant accueillir les pasteurs. Ce qui pourrait, selon lui, éviter certains conflits qui débouchent souvent sur des morts d’homme.
 
L’état civil et la fonction publique locale, entre autres, ont aussi été évoqués par les intervenants.
 
"Nous avons noté avec satisfaction que de manière générale l’acte 3 a été bien apprécié, par les populations de la région de Thiès", a dit pour sa part Oumar Guèye, évoquant des attentes par rapport à la seconde phase, liées à l’intercommunalité, aux ressources des collectivités territoriales, à la délimitation, aux incohérences territoriales, à l’état civil, à la fonction publique locale, à la formation, etc.
 
Il a assuré que les incohérences territoriales, évoquées lors des 13 CRD à travers le pays, feront l’objet de discussions, afin de trouver un consensus et soumettre des propositions concrètes au Président de la République.
 
Omar Guèye annoncé que les revenus des collectivités territoriales qui ont déjà connu des hausses, seront augmentées davantage, avec la mise en place par l’Etat de nouveaux instruments. Une partie des redevances versées par les sociétés minières, sera "bientôt" transférée aux collectivités territoriales, a-t-il ajouté.
 
En outre, un grand programme de 17 milliards de francs CFA, appuyé par l’Union européenne, va contribuer à moderniser l’état civil, en y intégrant la biométrie, a-t-il annoncé.
 
Concernant l’intercommunalité, une ligne de 1,5 milliard est inscrite dans le budget, pour aider les collectivités dans ce sens.  
 

ADI/BK