APS
SENEGAL-MEDIAS

"Bamboula" à la Maison de la Presse : l’administrateur réfute

Dakar, 18 avril (APS) - Le directeur général de la Maison de la Presse, Bara Ndiaye, a récusé mercredi toute faute de gestion ou irrégularité, relativement à la dernière sortie d’un quotidien sénégalais dont la Une faisait état de ses ’’folies’’ financières à la tête de cette nouvelle structure.

Les informations dont a fait état le quotidien Source A sont basées "sur des prévisions de budget pour caractériser un comportement qui n’existe pas parce que parler des folies de Bara Ndiaye et de ses hommes, alors qu’on a simplement comme élément un compte prévisionnel et un compte administratif, me paraît impertinent", a-t-il avancé au cours d’une conférence de presse.
 
 Selon lui, la Une de ce journal dans son édition de mardi (Les folies de Bara Ndiaye et ses hommes) et les informations s’y rapportant ont été mal interprétées et mal comprises aussi bien par le quotidien concerné que par la Coalition des associations de presse (CAP).
 
Cette structure, se fondant sur les informations de ce Source A, a écrit au chef de l’Etat Mack Sall pour un audit de la gestion de Bara Ndiaye à la tête de la Maison de la Presse.
 
M. Ndiaye a fait observer que le document de planification à partir duquel le journal s’inspire concernent dépenses et investissements.
 
Ce document émane certes "de nos services mais ne contient aucun élément compromettant (...)’’, le projet de budget dont il fait état ayant été établi "dans les conditions édictées par la loi, transmis à l’autorité compétente, au ministère de tutelle et au ministère des Finances. Vous voyez qu’il n’y a absolument rien à cacher", a insisté M. Ndiaye.
 
Dans son article daté de mardi, Source A fait état de plus de 38 millions de francs CFA prévus par la Maison de la Presse pour des colloques et séminaires.
 
200 millions sont destinés à l’achat de meubles, selon le journal, alors que plus de 33 millions ont été déjà injectés l’année dernière pour le même poste. 
 
S’y ajoutent 60 millions dépensés pour l’acquisition de matériel audiovisuel, sans compter des "études de faisabilité" évaluées à 40 millions et 271 millions d’appointements et salaires contre 147 millions 284 mille 52 en 2017.
 
Le journal dit avoir interrogé l’administrateur de la Maison de la Presse sur l’opportunité de certaines dépenses, lequel lui aurait répondu : "Je n’ai rien à dire. Ou plutôt si je dois dire rendre compte, je le ferais à qui de droit".
 
"J’aurais souhaité que cela porte sur une faute de gestion ou des irrégularités ou purement et simplement de la délinquance financière", a déclaré M. Ndiaye lors de son face-à-face avec les journalistes.
 
Il dit déplorer d’autant le fait de "prendre un projet de budget d’une institution et placarder cela à sa Une pour parler des folies de quelqu’un (...)", avant d’assener : "il n’y pas de bamboula ici". 
 
"Tout ce que nous faisons du matin au soir, notre ministre de tutelle en est informé et d’ici la fin de la semaine prochaine, la Maison de la Presse aura son agent comptable particulier", a-t-il annoncé.
 
 

DS/BK