Abdoulaye Diouf Sarr évoque ’’le caractère crucial’’ des soins sanitaires
APS
SENEGAL-AFRIQUE-SANTE

Abdoulaye Diouf Sarr évoque ’’le caractère crucial’’ des soins sanitaires

Dakar, 22 oct (APS) - La problématique des soins sanitaires rappelle à travers ses différents aspects "le caractère crucial" de la préservation et de l’amélioration continue de la santé de la mère, des nouveaux-nés des enfants des adolescents, a souligné mardi à Dakar le ministre de la Santé et de l’Action sociale, Abdoulaye Diouf Sarr.

"Traiter de la problématique des soins et de ses différents aspects, c’est rappeler le caractère crucial de la préservation et de l’amélioration continue de la santé de la mère, des nouveaux-nés, des enfants et des adolescents qui figurent au premier plan des priorités en matière de développement", a-t-il souligné.

Il intervenait à l’ouverture d’un Forum régional sur l’expérience des soins en Afrique dont le but est de "sensibiliser et conduire les pays du continent à l’action pour des soins de santé adéquats envers les mères, les nouveaux-nés, les enfants, les adolescents et la famille."

Selon Abdoulaye Diouf Sarr, traiter de ce sujet "c’est également s’intéresser au cœur de la vie des groupes vulnérables, de leurs conditions d’existence souvent difficiles, et c’est aussi se pencher sur un diagnostic des perspectives pertinentes à court , moyen et long terme indispensables au maintien d’une bonne santé et d’un bien-être collectif".

Il note que "l’examen des nombreuses publications au cours de cette décennie en Afrique Subsaharienne et du Centre fait refléter de multiples acquis obtenus dans le domaine de la santé de la mère, du nouveau-né et de l’enfant mais révèle également des contraintes de nature à compromettre l’efficience et la performance de nos points de prestations de services ainsi que la santé et le bien-être des groupes vulnérables".

Abdoulaye Diouf Sarr a évoqué également les progrès accomplis par les Etats concernés, en présence de participants venus d’une cinquantaine de pays du continent.

Des baisses encourageantes de la mortalité maternelle ont été remarquées dans certains pays, de même que des progrès portant sur les taux de survie de l’enfant grâce au renforcement de la couverture sanitaire, a indiqué Abdoulaye Diouf Sarr.

Le ministre de la Santé a toutefois reconnu qu’en dépit de ces acquis jugés importants, des causes fréquentes de morbidité et de mortalité maternelles néonatales et infantiles pouvant être prévenues et traitées "persistent dans beaucoup de nos pays", a ajouté M. Sarr.

Les résultats de différentes recherches pointent plusieurs facteurs à la base de ces phénomènes, selon le ministre.

Il a notamment cité "l’insuffisance du maillage de nos pays en soins obstétricaux et néonatales d’urgence", l’existence de violences basées sur le genre, ‘’la déficience relativement significative de la qualité des soins et des services demeure préoccupante".

"La qualité des soins, telle que préconisée par l’OMS, doit être le socle à la base de l’accès universel à des soins de santé intégrée", a-t-il fait valoir.

Les travaux de ce Forum ouvert lundi, à l’initiative de l’Unicef et d’autres agences des Nations unies, seront marqués par une réflexion sur des thématiques diverses et variées portant essentiellement sur les soins des femmes des nouveaux-nés et des enfants. La rencontre prend fin mercredi.

ADL/BK