Abdoulaye Baldé suggère des plans stratégiques pour aider l’APS à porter ses préoccupations
APS
SENEGAL-MEDIAS

Abdoulaye Baldé suggère des plans stratégiques pour aider l’APS à porter ses préoccupations

Dakar, 25 oc (APS) - Le ministre de la Communication, des Télécommunications, des Postes et de l’Economie numérique, Abdoulaye Baldé, a souligné, mercredi, l’importance de travailler avec l’Agence de presse sénégalaise (APS) sur des plans stratégiques pour l’aider à porter ses préoccupations. 
 
"Vos préoccupations sont réelles, pertinentes, mais il faut que l’on travaille sur des plans stratégiques, que nous validions un certain nombre de choses avec vous, pour s’assurer effectivement que la préoccupation de mission de service public et de communication gouvernementale est bien prise en charge", a dit le ministre après une visite de prise de contact à l’APS et à la Maison de la presse.
 
Il s’est dit "sensible" aux difficultés financières que traverse l’APS, qui traîne une dette bancaire de 120 millions de francs CFA et une autre de plus de 8 millions FCFA vis-à-vis des structures sanitaires. 
 
Mais pour Abdoulaye Bibi Baldé, il y a d’abord un préalable : "il faut que nous soyons suffisamment outillés, informés pour qu’au sein du gouvernement, nous puissions convaincre nos vis-à-vis, c’est-à-dire notre patron, le chef de l’Etat et le ministre des Finances". 
 
"Pour cela, il faut que l’on s’accorde sur des documents de référence, j’ai besoin d’éléments de plaidoyer importants", a-t-il précisé. 
 
Le ministre de la Communication, des Télécommunications, des Postes et de l’Economie numérique se dit "prêt à accompagner l’APS et à plaider pour plus de ressources", arguant : "Votre expertise est reconnue, et votre crédibilité n’est pas en jeu". 
 
Le rédacteur en chef de l’APS, Pape Ousmane Ngom, est revenu sur les difficultés liées au manque de matériel roulant, de téléphone et d’autres équipements comme les ordinateurs portables pour les reporters. 
 
"Depuis que l’Agence de presse sénégalaise existe, il n’y a aucun travailleur qui a un logement. C’est extraordinaire ! Vous finissez le travail, à la retraite, ce sont les locations qui crèvent votre maudite pension, c’est malheureux !", s’est désolé M. Ngom. 
 
"Nous avons inscrit notre action sur la résolution des urgences. Nous avons hérité d’une dette bancaire extrêmement élevée", a pour sa part rappelé le directeur général de l’APS, Thierno Birahim Fall, insistant sur les efforts faits pour soutenir l’entreprise publique. 
 
"Il faut un programme triennal d’investissement de 552 millions de francs CFA environ pour sortir l’APS de l’eau", a fait remarquer Thierno Birahim Fall avant de plaider pour le financement de l’ensemble des médias publics. 
 
De son côté, le président du conseil d’administration de l’APS, Professeur Moustapha Samb, a défendu "une augmentation des ressources financières", faisant remarquer que "l’APS a besoin d’une thérapie urgente".

FKS/ASG