A Louga, des jeunes s’investissent pour l’effectivité du concept
APS
SENEGAL-EDUCATION

A Louga, des jeunes s’investissent pour l’effectivité du concept "Ubbi Tay, Jang Tay"

Louga, 20 sept (APS) - Des jeunes de Louga ont lancé vendredi une initiative portant sur le nettoiement des 36 établissements scolaires que compte la capitale du Ndiambour, en vue de contribuer au démarrage des cours dès le premier jour de la rentrée scolaire.

Cette initiative des jeunes affiliés au mouvement "Dolly Macky Sall" de l’ancien directeur des Domaines Mamour Diallo se veut conforme aux objectifs du slogan "Ubbi Tay, Jang Tay".
 
"Le projet +social educ+ est un large programme qui couvre toute l’année scolaire 2019-2020 pour prendre en charge les difficultés de l’école. Aujourd’hui (vendredi), nous avons démarré le nettoiement de l’école Artillerie. Demain (samedi), nous ferons trois autres écoles", a expliqué, Binetou Cissokho Ndoye, adjointe au maire de la commune de Louga et responsable du mouvement "Dolly Macky’’.
 
La commune de Louga est composée de 25 écoles élémentaires, de huit CEM et de trois lycées.
 
"Nous comptons mener des activités de nettoiement dans ces 36 établissements scolaires en 15 jours. Pour cette première étape de notre projet +social educ+, nous allons essayer de concrétiser le programme +Ubbi tay, Jang tay+ du gouvernement", a-t-elle dit.
 
Selon Mme Ndoye, "nettoyer seulement les établissements ne suffira pas, car les toilettes et les salles de classe sont dans un état de délabrement total".
 
"Nous avons prévu de faire du saupoudrage par les services d’hygiène des salles de classe envahies par les chauve-souris et le curetage des fosses septiques par l’ONAS", l’Office national de l’assainissement du Sénégal, a-t-elle annoncé.
 
Le directeur de l’école Altillerie, Ousmane Fall, a loué cette initiative. "Nous perdions des jours avant de démarrer les apprentissages. Le jour de la rentrée, si les élèves et les enseignants trouvent des toilettes et des salles des classe propres et aérées, nous pourrons démarrer les apprentissages le jour de la rentrée", a-t-il dit. 
 
Selon M. Fall, au-delà du nettoiement, son école a besoin d’être réfectionnée. "Elle est détériorée, les fenêtres, des portes et certains plafonds sont détruits par les chauves-souris", a-t-il souligné.
 
Pour l’inspecteur de l’éducation et de la formation (IEF) de Louga, Malick Fall, sa structure accorde "une importance capitale à de telles initiatives".
 
"Nous avons sauté sur cette occasion, car cela nous permet de concrétiser une idée émise par les plus hautes autorités du pays, à savoir le programme Ubbi tay, Jang Tay", s’est-il réjoui.
 
"Ce projet social permettra aux écoles de démarrer le premier jour et nous exhortons toutes les autres autorités de la région à s’en inspirer pour venir en aide à l’école", a indiqué M. Fall.

SK/BK/ASG