Une session d’information des jeunes de Louga sur les métiers du développement économique local
APS
SENEGAL-FORMATION-EMPLOI

Une session d’information des jeunes de Louga sur les métiers du développement économique local

Louga, 30 oct (APS) – Une réunion d’information sur les métiers du développement économique local a eu lieu, mercredi, à Louga (nord), à l’intention des jeunes diplômés de cette région, pour les aider à préparer leur insertion dans l’administration territoriale, a constaté l’APS.

La session d’information s’est déroulée à l’initiative de l’Association sénégalaise d’appui à la décentralisation et aux initiatives citoyennes (ASSADIV-TAATAN).

Les participants ont été sélectionnés après leur inscription sur une plateforme dédiée à cette formation, au mois de mars dernier.

"Après Kolda, Kaolack et Dakar, nous sommes à Louga pour informer les jeunes qui ont envie de connaître et de s’engager dans les métiers du développement économique local", a dit le président de l’ASSADIV-TAATAN, Oumar Wade.

Selon M. Wade, au terme des réunions d’information, une dizaine de jeunes seront sélectionnés dans chaque région pour être insérés dans l’administration territoriale et "accompagner les porteurs d’initiatives, promouvoir le développement économique, l’économie sociale et solidaire, etc."

"Les métiers du développement territorial renvoient à des professionnels qui prennent en charge la question du développement économique territorial. C’est un développement qui est centré sur la création de richesses et la mobilisation des ressources", a-t-il expliqué.

Le secrétaire général du conseil départemental de Louga, Yéri Bâ, a salué "l’excellente initiative" de l’ASSADIV-TAATAN.

Selon lui, les collectivités territoriales "ont toujours souffert d’un manque de ressources humaines compétentes".

"L’opportunité qui nous est donnée d’avoir au sein des collectivités locales des développeurs économiques territoriaux est à saisir, car elle vient compléter un vide", a-t-il dit lors de la session d’information.

M. Bâ espère que grâce à cette initiative, le conseil départemental qu’il dirige n’aura plus besoin d’aller chercher des experts et des consultants pour l’exécution de certaines tâches.

"Ils viendront compléter un dispositif déjà mis en place par le conseil départemental", dit-il. "Ils vont prendre en charge (…) les projets et programmes que nous allons développer au niveau territorial. C’est un avantage", espère Yéri Bâ.

SK/ESF/BK