Louga : des femmes formées aux techniques de transformation des céréales locales
APS
SENEGAL-SOCIETE

Louga : des femmes formées aux techniques de transformation des céréales locales

Louga, 22 avr (APS) - Une vingtaine de femmes venues des différentes régions du Sénégal ont été formées, durant une semaine, aux techniques de transformation des céréales locales, a appris l’Agence de presse sénégalaise (APS) auprès des initiateurs.
 
’’Le Centre de formation professionnel de Louga (CFP) a abrité la formation des femmes membres du Réseau national des partenaires de l’IMCEC en transformation des céréales locales, mil, maïs, niébé. Elles ont séjourné durant une semaine dans le centre pour apprendre à transformer ces produits en jus, couscous, thiakry…’’, a expliqué la directrice Adja Fall Bâ.
 
Elle s’exprimait lors de la cérémonie de remise d’attestations aux femmes bénéficiaires de la formation financée par l’Institution mutualiste communautaire d’épargne et de crédit (IMCEC). Ces femmes qui viennent de Dakar, Thiès, Bambey, Mbour, Kaolack, Ziguinchor, Tambacounda, Diaobé et Kolda vont à leur tour former d’autres membres de leurs groupements.
 
Selon Mme Bâ, ces femmes ont été formées d’abord en hygiène, santé et sécurité avant la transformation primaire (nettoyage des produits), ensuite le broyage et enfin la transformation définitive de ces céréales.
 
’’Nous avons fait une très bonne formation. Nous avons utilisé tout ce qui est céréale locale comme le maïs, le niébé, mil. On nous a montré comment les transformer, comment les conserver sur une très longue durée’’, a dit Khady Dièye Ndiaye, une des bénéficiaires.
 
Les femmes ont besoin de l’aide pour pouvoir transformer et exporter leurs produits dans les différentes foires nationales et internationales, a-t-elle plaidé. ’’Avant, on nous donnait des financements sans aucune mesure d’accompagnement, mais avec l’IMCEC, on nous finance et on nous forme’’, a-t-elle salué. 
 
’’L’IMCEC a pour option d’aider les femmes à être autonomes du point de vue financier. Nous les aidons à renforcer leurs capacités techniques dans le domaine de la transformation des produits céréaliers. Au-delà des financements, on veut les aider à être des exportatrices, des entrepreneurs agricoles’’, a soutenu son Directeur général, Ousmane Thiongane.
 
Il a annoncé une série de formations sur les techniques de maraîchage, entre autres domaines.
 
’’Quand on veut le développement, il faut aider les femmes. Nous allons faire en sorte que chaque femme présente un business plan. Nous allons vous former et vous accompagner’’, a-t-il assuré.
 
M. Thiongane a rappelé que les bénéficières vont restituer cette formation dans leurs différents groupements et partager leur expérience avec d’autres femmes.
 

SK/OID