24 femmes formées par l’ITA sur les techniques de stockage du mil
APS
SENEGAL-AGRICULTURE-GENRE

24 femmes formées par l’ITA sur les techniques de stockage du mil

Dakar, 19 mai (APS) - Vingt-quatre femmes transformatrices ont reçu, vendredi à Dakar, leurs attestations à l’issue de 10 jours de formation sur les techniques et les bonnes pratiques de stockage et de conservation du mil, a constaté l’APS.

Ces femmes "prêtes à intervenir partout où le besoin se fera sentir", ont été formées par les experts de l’Institut de technologie alimentaire (ITA) en notions d’hygiène et sur les techniques de stockage, de transformation et de conservation du mil.

"Beaucoup de transformations sont actuellement en cours dans notre pays parce que le Sénégal veut atteindre l’autosuffisance alimentaire. Des efforts sont en train d’être faits pour nous rendre moins dépendants du riz de l’extérieur", a dit le directeur général de l’ITA, Dr Mamadou Amadou Seck.

"Si nous réussissons à transformer nos productions, alors les 96 milliards de francs CFA qui servent à acheter du riz à l’étranger permettraient d’enrichir nos cultivateurs et d’investir au moins les 80% dans des actions de développement", a dit Dr Seck.

Selon lui, les moyens d’un développement endogène du Sénégal existent. Il a souligné que "l’ITA est là pour relever le niveau de formation des acteurs en mettant à la disposition des promoteurs et industriels une équipe de chercheurs et de techniciens expérimentés, des infrastructures (laboratoires et unités pilotes) et des équipements spécialisés afin de les accompagner par la formation, l’incubation et le transfert".

Pour le directeur du projet USDA/PSEM (Projet des services des entreprises du mil soutenu par le département américain de l’agriculture), Laurent Gomis, "le pragmatisme et la flexibilité de l’ITA est à saluer parce que ses responsables ont accepté de dérouler les sessions de formation avant la signature d’un partenariat".

Signé ce vendredi matin, celui-ci va permettre davantage d’accompagner les acteurs encadrés par l’USDA/PSEM, a dit M. Gomis, expliquant que la convention intégrera la transformation intégrale, le respect des normes et qualité d’hygiène dans un monde de plus en plus exigeant.

Porte-parole des femmes transformatrices bénéficiaires de la formation, Dieynaba Ndiaye a transmis le sentiment de satisfaction de ses consoeurs, saluant "la qualité de la formation et l’approche didactique des formateurs de l’ITA".

En marge de la cérémonie de remise d’attestations aux 24 femmes sélectionnées pour être en mesure d’assurer la démultiplication de la formation, l’ITA et le projet USDA/PSEM ont formalisé leur partenariat.

PON/ASG