Le dialogue national s’ouvre mardi au palais de la République
APS
SENEGAL-POLITIQUE

Le dialogue national s’ouvre mardi au palais de la République

Dakar, 27 mai (APS) - Le chef de l’Etat Macky Sall va présider mardi matin l’ouverture du "dialogue national" au Palais de la République, a-t-on appris de source officielle.

Dans la foulée de sa réélection pour un second mandat à la tête du pays, le président de la République avait annoncé le 5 mars dernier la tenue d’un dialogue national. 
 
Macky Sall avait émis le souhait de convier à ce dialogue républicain "toutes les forces vives de la nation, sans exclusive’’, des discussions auxquelles ses prédécesseurs Abdou Diouf et Abdoulaye Wade "pourraient apporter leur contribution", avait-il précisé.
 
Il a réaffirmé cette option lors de sa prestation de serment devant le Conseil constitutionnel le 2 avril, en renouvelant son appel à un dialogue "sans exclusive, un dialogue constructif et ouvert à toutes les forces vives du pays, forces politiques, économiques et sociales".
 
Il a ainsi fait part à plusieurs reprises de son souhait de voir ce dialogue se tenir le 28 mai.
 
Dans ce cadre, la journée du 28 mai sera "inscrite en lettres d’or dans l’agenda institutionnel de la République", indique le Bureau d’information gouvernementale (BIG).
 
Selon le BIG, "cela témoigne de la volonté irréfutable du président Macky Sall de renforcer l’ancrage de notre pays dans la sphère des Etats qui ont réussi avec brio le passage d’un statut de démocratie majeure à celui de démocratie modèle en Afrique et même dans le monde."
 
"A ce titre, le dialogue national offre un cadre unique et historique pour la création et la consolidation de consensus forts sur les questions politiques et institutionnelles. Le dialogue national, c’est aussi l’opportunité de prendre en charge la problématique de la bonne gouvernance, les belles perspectives économiques et sociales (…), les enjeux liés à la découverte du pétrole et du gaz’’. 
 
"Enfin, ajoute le BIG, c’est l’occasion pour les Sénégalais de mieux cerner les défis de paix et de sécurité auxquels notre pays fait face dans un monde en profonde mutation".
 
Dans cet esprit, le chef de l’Etat souhaite le choix d’une personnalité indépendante et consensuelle pour diriger le processus du dialogue national, a précisé dans un communiqué rendu public jeudi dernier le ministre d’Etat Mahmoud Saleh, directeur du cabinet politique du président de la République.
 
Aussi le chef de l’Etat exprime-t-il "sa disposition à mettre en œuvre les consensus issus de cet exercice important dans la poursuite de la modernisation de notre modèle démocratique", pouvait-on lire.

BHC/BK/ASG