Macky Sall invite les acteurs politiques à une évaluation des législatives de juillet
APS
SENEGAL-POLITIQUE

Macky Sall invite les acteurs politiques à une évaluation des législatives de juillet

Dakar, 2 sept (APS) - Le président de la République, Macky Sall a invité, samedi, la classe politique à une évaluation des dernières élections législatives pour "modifier les imperfections" du système électoral.


"Je lance un appel à la classe politique pour évaluer le processus que nous venons de vivre, les élections législatives et anticiper sur ce qui va venir. Nécessairement, il y a des choses à modifier", a-t-il dit après avoir accompli la prière de l’Aïd-el-Kébir à la Grande mosquée de Dakar.

Les dernières législatives du 30 juillet ont été marquées par beaucoup de couacs dans l’organisation. Plusieurs acteurs politiques, des membres de la société civile ont dénoncé l’organisation de ces joutes qui avaient mis en lice 47 listes et coalitions de partis politiques.

"Nous avons vu la difficulté des 47 listes. Si nous ne prenons pas des mesures particulières par rapport à un certain nombre de situations il arrivera un moment où il sera impossible d’exercer le vote. Nous serons dans une confusion générale et généralisée", a prévenu Macky Sall.

Selon le chef de l’Etat, les acteurs politiques doivent "continuer de discuter et d’échanger" sur le processus électoral sénégalais qui "fait partie des meilleurs systèmes africains".

"Il ne faut pas que nous nous auto flagellons, le Sénégal est une démocratie de référence, avant même que je ne sois à la tête du pays. Ça va continuer, personne ne peut remettre en cause ce processus. C’est des processus ancrés à notre société. Il faut que les uns et les autres acceptent de se parler", a-t-il fait remarquer.

Il a rappelé le lancement en mai 2016 de la journée nationale du dialogue, en soulignant qu’il est "un homme de dialogue et reste ouvert au dialogue".


"Je pense que ce pays, nous ne pouvons pas le construire sans nous parler les uns les autres. Il est vrai, qu’il y a des moments de tensions naturelles liées à des élections, c’est des moments d’intenses compétitions, de concurrence. Une fois cette compétition est derrière nous, nous devons pouvoir dialoguer", a-t-il ajouté.



BHC/PON