9000 inscrits dans la circonscription électorale du Maroc (diplomate)
APS
SENEGAL-MAROC-LEGISLATIVES-STATISTIQUES

9000 inscrits dans la circonscription électorale du Maroc (diplomate)



+++De l’envoyé spécial de l’APS : Salif Diallo+++

Casablanca, 24 juil (APS) – La circonscription électorale du Maroc compte quasiment 9000 inscrits sur les listes électorales et répartis entre les différentes villes, a annoncé à l’APS, le Consul Massamba Sarré invité à faire l’état des lieux du processus électoral à une semaine du scrutin.
 



"Le plus gros des inscrits se trouve à Casablanca, des personnes sont inscrites à Dakhla, Tanger, Oujda, Rabat, Fès, Marrakech pour ne citer les villes les plus connues", a-t-il relevé, indiquant que la ville de Casablanca comptera le plus grand nombre de bureaux de votes avec 10.



"Il y en aura 2 à Rabat, 2 à Marrakech et deux autres à Agadir pour ne citer que ces grandes
villes", a-t-il dit, soulignant que le travail a été fait par consensus en discutant et en coordonnant avec tous les états-majors politiques.



Pour la distribution des cartes, la ville de Casablanca a été la première servie puis celle de Rabat et ensuite des commissions itinérantes ont été envoyées dans les villes lointaines comme Dakhla, et ont déjà fait Agadir, Marrakech, Laayoune, Oujda et Tanger au nord, a expliqué le diplomate sénégalais.



"A une semaine du scrutin, nous avons 35 à 40 pour cent de retrait des cartes d’électeurs", a dit le Consul, attendant un rush le week-end et la semaine
d’avant le scrutin.



"Vous savez nos compatriotes, ils ne se décident qu’au dernier moment et je peux vous dire que toute la communauté consulaire est engagée pour la distribution des cartes", a ajouté le diplomate.



D’ailleurs, il a été trouvé avec ses collaborateurs dans des opérations de distribution à l’intérieur du bâtiment qui ressemblait à une véritable ruche en ce vendredi 21 juillet.



En dépit du fait que la distribution a commencé à Casablanca, le diplomate indique que c’est dans la capitale économique marocaine qu’il rencontre le plus de problèmes.



"Mais nous nous préparons à un rush le week-end", a-t-il dit, relevant, au sujet de la campagne électorale, que "c’est plutôt des opérations de porte-à-porte, des campagnes de proximité qui sont privilégiées".



"Certains organisent des convois et vont souvent dans des marchés où s’affaire une très grande partie de notre communauté", a-t-il relevé, rappelant que seules huit listes ont présenté des candidatures aux législatives du 30 juillet.



Le Maroc fait partie de l’entité Afrique du nord avec la Mauritanie, l’Algérie, la Tunisie, a ajouté le diplomate, rappelant que des listes ont présenté des
titulaires et d’autres des suppléants à partir du Royaume chérifien.



"Je sais par exemple que la liste Joyyanti a présenté un candidat titulaire à partir du Maroc", a précisé le diplomate appelé à donner des exemples. 



Ce que confirme du reste, le journaliste Elimane Sembène, rédacteur en chef du magazine African Business journal.



"Il est vrai que c’est plutôt du porte-à-porte, des visites dans les quartiers où il y a une forte concentration et sur les lieux de travail comme dans les marchés", a-t-il confirmé.



En effet, au marché de la Médina, dans le coin des Sénégalais, Mame Cheikh pour le PVD et Sokhna Déguène pour la Coalition Benno Bokk Yaakar ont dit "vivre à plein la campagne".



"Nous organisons des visites de proximité et nous avons déjà fait des meetings dans des salles", a précisé la restauratrice avant de rappeler l’organisation, dimanche dernier, d’un grand sabar dans une banlieue de Casablanca.



"Nous sommes convaincus de notre force mais nous avons décidé d’aller vers les gens", a-t-elle dit assise sur une chaise dans son échoppe.



En face d’elle, le coiffeur Mame Cheikh, dreadlocks au vent et militant du PVD, ne se fait pas prier pour évoquer la campagne et les élections législatives à
venir. 



"Nous avons foi en notre guide et personnellement, le combat que les députés doivent mener est celui contre les longues détentions", a dit le coiffeur qui révèle avoir passé une dizaine de jours à la prison de Reubeuss.



"J’ai eu une altercation verbale avec une dame qui s’est terminé à un séjour carcéral de 11 jours qui ont ressemblé à 11 mois d’enfer", a-t-il rappelé secouant ses dreadlocks.



"Je n’ai pas honte de dire que j’ai fait de la prison et j’y ai retrouvé des gens qui n’ont rien fait ou fait des délits mineurs", a-t-il insisté, soulignant la nécessité de voter les lois pour mettre
fin à ces abus.



A la sortie du marché, Jacques Ba, candidat du PVD devisait tranquillement avec une connaissance.



Sur la campagne électorale, il a fait savoir que "ce sont des visites de proximité auprès de la communauté sénégalaise".



Le doctorant en communication a fait remarquer que lors des discussions, il a de la peine de voir tous ses jeunes être quasiment obligés de quitter leur foyer à
la quête d’un lendemain meilleur.



"Nous devons nous battre sur place pour améliorer le quotidien pour que ce jeunes ne puissent pas sentir la nécessité de voyager", a-t-il indiqué, relevant que son parti ‘’veut mettre sur pied un véritable projet de société pour la diaspora’’.



Dans le cadre du processus électoral, le Consul s’est félicité de l’appui des autorités marocaines qui ne ménagent aucun effort pour aider à la réussite et l’administration royale a été mise à la disposition notamment pour le scrutin.



"Nous avons déjà eu leur concours lors du Référendum", s’est-il réjoui, se félicitant que les Affaires étrangères ont pris les devants pour leur faciliter la tâche.



SD/PON