Sandiara : 185 millions de l’ONG
APS
SENEGAL-FRANCE-COLLECTIVITES-DEVELOPPEMENT

Sandiara : 185 millions de l’ONG "Vivre en brousse’’ pour "La course contre la soif’’


Sandiara (Mbour), 27 nov (APS) – La commune de Sandiara a reçu 185 millions de francs CFA de l’ONG française "Vivre en brousse’’ pour financer son projet "La course contre la soif’’, qui consiste à installer un forage dans chacun de ses 30 villages, a constaté l’APS.

"Cette enveloppe financière est destinée à offrir à l’ensemble des populations des villages de la commune de l’eau potable’’, a indiqué le maire de la commune de Sandiara, Dr Serigne Guèye Diop.

Pour lui, "ce projet est d’autant plus important que ça va enlever une épine des pieds de nos braves dames qui parcouraient des kilomètres pour puiser de l’eau non potable pour leurs enfants, leurs familles’’.


S’exprimant lors d’une cérémonie de réception de ce don, il a remercié Martine Moy, la présidente de ladite ONG. Celle-ci a aussi offert un camion-benne d’un coût de 100 millions de francs CFA pour le ramassage des ordures de la commune, ainsi que des équipements sportifs pour contribuer au développement du sport dans les établissements scolaires de la commune.


La cérémonie a aussi été une occasion pour les autorités municipales de recevoir les clés de deux véhicules dont l’un a été acquis grâce aux redevances agricoles remises par une entreprise installée dans la localité.


La rencontre a permis de faire le point sur la propreté de la commune de Sandiara, mais aussi de remercier le chef de l’Etat, Macky Sall, qui vient de signer le décret faisant de Sandiara la deuxième zone économique spéciale (ZES) du Sénégal.



‘’Cela va avoir un important impact économique dans la zone qui est beaucoup plus grande que celle de Diamniadio, puisqu’elle fait 100 ha et va accueillir 60 entreprises, avec un chiffre d’affaires annuel de 700 milliards de francs CFA dans dix ans, soit 15% de notre budget national, et créera 10 000 à 20 000 emplois’’, a expliqué Dr Diop, par ailleurs ministre-conseiller auprès du chef de l’Etat sénégalais.


‘’Pour moi qui me battais pour le plan 1 10 10 (un ménage, un cadre dans dix ans) et pour la formation professionnelle, nous allons pouvoir avoir, enfin, un cadre pour former nos jeunes, pour les préparer pour l’avenir. Parce qu’il est facile d’avoir une vision, mais il fait maintenant la mettre en œuvre’’, a-t-il fait valoir.

ADE/ASG