Les ’’ingrédients’’ d’une cohabitation harmonieuse en Sénégambie méridionale
APS
SENEGAL-COLLECTIVITES-MEDIAS

Les ’’ingrédients’’ d’une cohabitation harmonieuse en Sénégambie méridionale

Sédhiou, 15 mars (APS) – L’Historien Luc Sarr, Conseiller politique du chef de l’Etat, a mis en exergue, samedi à Sédhiou, les ’’ingrédients’’ d’une cohabitation harmonieuse dans la Sénégambie méridionale.
 
’’Quand on a la même culture qui transcende, quand on a été dans un très vaste ensemble depuis le 13e siècle dans l’empire du Gabou, quand on a une unité géographique, les valeurs en termes d’accès à l’économie foncière et agricole, tous les ingrédients sont réunis pour qu’on soit ensemble’’, a estimé Luc Sarr.
 
Le conseiller politique du président Macky Sall intervenait dans le cadre d’un atelier sur le thème : ’’Dynamismes transfrontaliers et intégration régionale dans les régions de Kolda et Sédhiou (sud)’’, à l’initiative de la Fondation Konrad Adenauer (FKA) et l’Agence de presse sénégalaise (APS).
 
L’Historien a présenté un exposé sur la dimension historique de l’intégration régionale dans un contexte de coopération transfrontalière d’initiatives locales, notamment dans la Sénégambie méridionale qui comprend la Gambie, les régions de la Casamance (Ziguinchor, Kolda et Sédhiou), et la Guinée Bissau.
 
Etaient présents, le ministre de la Culture et de la Communication, par ailleurs maire de Sédhiou, le directeur général de l’APS, Thierno Birahim Fall, la représentante de la FKA, Ute Bocandé, l’expert sur les questions transfrontalières, Bassa Diawara.
 
Depuis l’antiquité, quelque 1147 conflits ont été enregistrés dans le monde, alors qu’au niveau de la Sénégambie méridionale où cohabitent 51 sous-groupes ethniques dans un espace géographique éclaté, ‘’il n’y a jamais eu de guerre de frontière’’, a-t-il relevé.
 
La Sénégambie méridionale est composée, à 87,8%, de ‘’peuples agro-terriens’’ qui ont, très souvent, des activités liées à l’agriculture, et de plus en plus, des ‘’peuples agro-sylvo-terriens d’élevage’’, a souligné Luc Sarr, ajoutant que ‘’l’intégration s’opère par la filière agricole qui est le premier facteur d’intégration dans cette zone’’.
 
Pour renforcer cette intégration sous-régionale, il a émis l’idée de création des ‘’Régions africaines ouvertes’’ (RAO) notamment dans un processus de renforcement du Programme d’urgence de modernisation des axes et territoires frontaliers (PUMA).
 
Il s’agira de ‘’renforcer’’ le PUMA au niveau des régions périphériques parce que les zones frontalières ne doivent pas être vouées à l’abandon, a estimé Luc Sarr.
 
’’Avec la première phase de l’Acte 3 de la décentralisation, nous avons procédé par une communalisation universelle ; toutes les communes sont d’égale dignité. Il n’y a plus de rupture entre la campagne et la ville, parce que toute forme d’organisation de base est fondée sur la commune et toutes les communes se valent’’, a-t-il fait valoir.
 
ADE/OID