Les journaux commentent l’élection d’un nouveau président à la Commission de l’UA
APS
SENEGAL-PRESSE-REVUE

Les journaux commentent l’élection d’un nouveau président à la Commission de l’UA

Dakar, 31 jan (APS) - L’élection d’un nouveau président de la Commission de l’Union africaine (UA), lundi, au 28e Sommet de l’organe continental, est le sujet le plus en exergue dans la livraison de mardi de la presse quotidienne.
 
Au premier jour de ce Sommet, les chefs d’Etat et de gouvernement ont porté à la tête de la Commission de l’UA le Tchadien Moussa Faki Mahamat, jusque-là patron de la diplomatie de son pays, une élection analysée comme un échec diplomatique pour le Sénégal qui présentait un candidat au nom de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO).
 
"Le 28e Sommet des chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union africaine qui sera clôturé aujourd’hui (mardi) à Addis-Abeba, a été marqué par l’élection du Tchadien Moussa Faki Mahamat à la tête de la Commission de l’UA en remplacement du Dr Nkosazana Dlamini-Zuma", rapportent les envoyés spéciaux du quotidien national Le Soleil.
 
Ils signalent que le Sénégalais Abdoulaye Bathily, candidat de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), a été éliminé au 3e tour de scrutin, de même que le candidat du Botswana et de la Guinée-Equatoriale Bostwanaise.
 
Le professeur Bathily n’a pourtant "pas réussi à faire le plein de voix au niveau des pays de la CEDEAO". Ce qui amène le quotidien l’As à la conclusion selon laquelle le Sénégal a été "trahi par ses faux amis".
 
"Quarante-huit heures après l’élimination du Sénégal par le Cameroun de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) de football, est survenue la défaite du candidat Abdoulaye Bathily à la présidence de la Commission de l’Union africaine (UA)", écrit ce journal, selon lequel de dix voix, puis huit, "le Sénégalais s’est retrouvé avec seulement trois à la dernière étape du premier tour".
 
"Après les Lions à la Can, Bathily échoue à l’UA", note également le quotidien Vox Populi. "C’est dommage pour notre pays", mais la règle de la majorité doit être respectée, commente le chef de l’Etat, Macky Sall, dans des propos rapportés par le même journal.
 
"Bérézina à Addis", affiche Le Témoin quotidien. Au-delà du constat, ce journal, comme bien d’autres quotidiens, s’attèle à expliquer les raisons de ce revers diplomatique qu’ils semblent ériger à la dimension d’un camouflet national.
 
"C’est le triomphe de la diplomatie discrète de Idriss Déby Itno contrairement à son homologue sénégalais dont la folklorisation du soutien (…) a été un facteur rédhibitoire" à l’élection de l’historien et diplomate sénégalais à la Commission de l’UA, écrit par exemple Le Témoin quotidien.
 
"Il ne faut pas oublier que le Sénégal n’est pas en odeur de sainteté avec certains de ses voisins", analyse Walfquotidien, dont la lecture semble confortée par le quotidien L’Observateur qui affirme à sa Une que le Sénégal a été "poignardé par ses voisins immédiats".
 
Le journal cite la Mauritanie, la Guinée-Conakry, le Mali, le Burkina Faso, entre autres. Il constate ensuite, amer : "Malgré un arsenal de lobbyings déployé à travers l’Afrique, avec 44 missions diplomatiques", la candidature du professeur Bathily "n’a pas connu le résultat escompté" et "s’est heurtée à celle plus imposante du ministre tchadien des Affaires étrangères, Moussa Faki Mahamat".
 

BK/PON