Les collectivités locales invitées à tirer profit des offres bancaires
APS
SENEGAL-COLLECTIVITES-FINANCEMENT

Les collectivités locales invitées à tirer profit des offres bancaires

Somone (Mbour), 18 mai (APS) – Le président de l’Association des maires du Sénégal (AMS), Aliou Sall a invité, jeudi à Somone (Mbour, ouest), les collectivités territoriales à capter et tirer profit des opportunités de financement qu’offre le système bancaire eu égard au rôle que leur confère l’Acte 3 de la décentralisation.


Aliou Sall a estimé que l’emprunt bancaire constitue, à l’instar du partenariat public-privé, du marché financier et des fonds verts, "des alternatives pertinentes" pour la diversification des sources de financement du développement territorial.

Le maire de Guédiawaye (Dakar), intervenait dans le cadre d’un atelier sur le thème : "Financement des collectivités territoriales par le système bancaire : enjeux et opportunités". 

La rencontre initiée par l’Agence de développement municipal (ADM) s’inscrit dans le cadre plus global de la mise en œuvre du projet "Financements Innovants". 

Cependant, a-t-il soutenu, contrairement à l’emprunt obligataire et au partenariat public-privé, la possibilité de recourir au crédit est prévu depuis longtemps dans les textes réglementaires régissant les collectivités territoriales, notamment le Code général des Collectivités locales.

"Toutefois, il convient de noter qu’à l’exception de la ville de Dakar, très rares sont, à ce jour, les communes qui ont pu financer certains de leurs investissements en faisant appel au secteur bancaire" a dit le président de l’AMS.

Selon lui, "c’est là la preuve pertinente, parmi d’autres expériences n’ayant pas connu de suite heureuse, que les collectivités locales sénégalaises éprouvent de réelles difficultés à lever des ressources financières sur le marché bancaire".

"De 32,5 milliards en 2012, le Fonds d’équipement des collectivités locales et le Fonds de dotation de la décentralisation ont connu un bond significatif dépassant cumulativement en 2017 la somme de 43 milliards frs CFA" a indiqué M. Sall.

Cependant, a-t-il souligné, "malgré les efforts considérables consentis ces dernières années, il n’en demeure pas moins que l’ambition de faire de nos communes des territoires viables et compétitifs passe incontestablement par la mise en place d’infrastructures à forte potentialité sociale et économique aptes à favoriser une croissance durable".

Au regard du déficit criard en équipements, en infrastructures et en services qui frappe la quasi-totalité des collectivités territoriales, cette vision de l’Acte 3 de la décentralisation ne peut être concrétisée qu’à travers la mobilisation d’importantes ressources financières, a dit le président de l’AMS.

A cet effet, il sied de noter que cette quête pour doter les communes davantage de financements, suppose nécessairement de s’orienter vers de nouveaux mécanismes, a relevé Aliou Sall.

Le maire de Guédiawaye a par ailleurs appelé à surmonter la problématique de la qualité des ressources humaines et de la bonne gouvernance des institutions municipales, à rembourser les dettes, à identifier des projets bancables, etc. 

"La promotion de ce mécanisme de financement exige de nos collectivités territoriales qu’elles se mettent aux normes du système bancaire, pour ainsi devenir suffisamment attractives grâce à l’amélioration de leur gouvernance et de leurs ratios financiers", a conclu le président de l’AMS.




ADE/PON