Le PSE
APS
SENEGAL-COLLECTIVITES-DEVELOPPEMENT

Le PSE "demande une base économique très solide" (élu local)

Sandiara (Mbour), 10 sept (APS) – Le Plan Sénégal émergent (PSE) doit être "l’affaire de tous" et compter sur "une base économique très solide", a soutenu, vendredi, Serigne Guèye Diop, conseiller spécial du président Macky Sall en charge de l’agriculture et de l’industrie.
 
"L’émergence, c’est d’abord la multiplication par deux voire par trois des revenus des ménages et par tête d’habitant. Donc, il faut commencer dans les villages et dans les communes", a déclaré M. Diop, par ailleurs maire de Sandiara, une commune du département de Mbour (ouest).
 
Il s’exprimait lors d’une cérémonie annuelle de remise d’une subvention de 22,5 millions de francs CFA aux populations locales, dans le cadre d’une "journée de solidarité".
 
Selon lui, les 556 communes du Sénégal doivent travailler à renforcer l’économie et favoriser le financement des activités économiques, agricoles, industrielles et commerciales, "dans la bonne gouvernance et la transparence, comme le veut l’axe 3 du PSE", un ensemble de programmes et projets de développement visant à permettre au Sénégal d’atteindre l’émergence en 2035.
 
L’édile a fait part de l’option ’’stratégique’’ prise par Sandiara d’impulser son développement à partir de l’éducation, d’où la décision d’octroyer à l’amicale regroupant les 800 étudiants ressortissants de la commune 8 des 22,5 millions de la subvention dégagée au profit des populations.
 
Les autorités éducatives ont selon lui bénéficié de la même somme pour les préparatifs de la prochaine rentrée scolaire, a indiqué le maire selon lequel Sandiara ne peut non plus se développer "si on ne prête pas une attention particulière à la production agricole et industrielle".
 
Dans ce cadre, les femmes de la localité ont reçu une subvention de deux millions de francs CFA qui devrait leur permettre de participer au capital d’une usine agroalimentaire, sans compter "un fonds de levier" de dix millions de francs CFA dont elles ont également bénéficié pour financer d’autres projets, a-t-il ajouté.
 
Les chefs de village qui ont également "la somme d’un million de francs CFA comme fonds de levier", en vue d’obtenir "un crédit de dix millions de francs CFA leur permettant de créer des projets agricoles dans leurs villages respectifs", a poursuivi M. Diop.
 
Les personnes démunies de la localité, le mouvement associatif et l’église catholique ont reçu, respectivement, 3,150 millions, trois millions et un million de francs CFA, a dit le maire de Sandiara, précisant que cette dernière enveloppe est destinée à la construction du mûr de l’un des cimetières de la localité.
 
"Tout cela rentre dans le cadre du Plan Sandiara émergent. Et puis, dans le cadre de la restructuration de l’économie, il était important de s’assurer que l’industrie démarre. Les femmes de Sandiara vont maintenant commencer à avoir une industrie locale", a indiqué Serigne Guèye Diop.
 
Il a révélé que sa commune disposait désormais de 20 usines enregistrées, 30 autres demandes ayant été reçues par ses services. Des initiatives qui devraient faire de Sandiara "une grande zone industrielle, à l’instar de Diamniadio’’, soutient l’édile. 
 
Dans ces conditions, "les femmes vont pouvoir quitter l’artisanat pour aller vers l’industrie", a lancé M. Diop, par ailleurs président de la commission "agriculture, industrie et artisanat" du Conseil départemental de Mbour.

ADE/BK