Le pré-rapport de suivi-évaluation de l’utilisation des ressources financières des collectivités territoriales validé
APS
SENEGAL-COLLECTIVITES-FINANCES

Le pré-rapport de suivi-évaluation de l’utilisation des ressources financières des collectivités territoriales validé

Saly-Portudal (Mbour), 10 déc (APS) – Les acteurs impliqués dans la gestion des collectivités territoriales, qui se sont retrouvés à Saly-Portudal (Mbour, ouest), vendredi et samedi, ont validé le rapport provisoire de suivi-évaluation de l’utilisation des ressources financières des collectivités territoriales, a constaté l’APS.
 
 
Selon le directeur général de l’Agence de développement local (ADL), Malal Camara, l’objectif de pré-rapport, c’est de faire la situation de l’utilisation des ressources financières que l’Etat du Sénégal a transférées aux collectivités territoriales.

L’étude a porté sur un échantillon de 125 collectivités territoriales réparties selon leurs ordres et leurs catégories, sur l’étendue du territoire national.
 
"Au regard des nombreuses constatations faites sur l’utilisation des Fonds de dotation de la décentralisation (FDD), du Fonds d’équipement des collectivités locales (FECL) et des ressources propres aux collectivités territoriales, d’importantes recommandations ont été adressées aux exécutifs locaux et à leurs associations, au ministre de la Gouvernance territoriale, du Développement et de l’Aménagement du territoire, au ministère de l’Economie, des Finances et du Plan, ainsi qu’aux partenaires techniques et financiers", a-t-il dit.
 
"Avec les mécanismes de financement qui ont été mis en place depuis 1993 jusqu’à maintenant, l’Etat transfère aux collectivités locales des ressources estimées à plusieurs milliards de francs CFA. Ça peut être insuffisant, mais il faudrait, par souci de transparence, d’efficacité et d’efficience, suivre l’utilisation de ces fonds pour savoir ce que les collectivités territoriales", a dit M. Camara pour justifier la pertinence de cette étude réalisée avec l’implication de toutes les parties prenantes.
 
Pour le secrétaire général du ministère de la Gouvernance territoriale, du Développement et de l’Aménagement du territoire, Etienne Turpin, le processus de décentralisation a permis aux collectivités territoriales de disposer d’instruments de coordination leur offrant la possibilité de jouer un rôle dans la planification et la mise en œuvre du développement local.
 
"Dans le but de décongestionner le niveau central et de favoriser une gestion de proximité, la réforme de 1996 fut adoptée. Afin de permettre aux collectivités territoriales d’exercer les compétences qui leur sont transférées, l’Etat a défini des mécanismes de financement parmi lesquels le FDD, le FECL, le budget consolidé d’investissement (BCI) décentralisé, entre autres ressources propres et celles issues de la coopération avec des partenaires au développement", a-t-il rappelé.
 
D’après M. Turpin, l’Etat du Sénégal, pour mieux cerner l’utilisation de ces fonds, a confié à l’ADL la charge d’assurer le suivi-évaluation de l’utilisation desdits fonds. Ainsi, en vue de s’acquitter de cette mission, l’ADL a réalisé, en 2016, une étude sur la répartition et l’utilisation des ressources financières transférées par l’Etat aux collectivités locales, notamment le FDD et le FECL.
 
"Ces dernières années, le gouvernement a fait des efforts considérables traduits par l’accroissement significatif du FDD, du FECL et du BCI. Cependant, force est de reconnaître l’absence de lisibilité sur l’utilisation des ressources. Cela pose à la fois un problème d’efficacité et de transparence", a fait remarquer M. Turpin.
 
Une situation qui, à l’en croire, est exacerbée par l’absence d’une cartographie complète et d’un suivi régulier des investissements dans les collectivités territoriales, au moment où se pose la problématique de la répartition équitable des ressources entre les différentes collectivités territoriales.
 
ADE/PON