Le PDZP/PNDL, une
APS
SENEGAL-COLLECTIVITES-DEVELOPPEMENT

Le PDZP/PNDL, une "alternative crédible" pour l’’’émergence de collectivités territoriales fortes’’ (ministre)

Saly-Portudal (Mbour), 4 sept (APS) - Le Projet de désenclavement des zones de production en appui au Programme national de développement local (PDZP/PNDL) constitue "une alternative crédible" devant faciliter l’"émergence de collectivités territoriales fortes", a affirmé, vendredi, le ministre des Collectivités territoriales, du Développement et de l’Aménagement des territoires, Oumar Guèye.
 
"Le PDZP/PNDL constitue une alternative crédible devant faciliter l’émergence de collectivités territoriales fortes par, notamment, une meilleure polarisation des infrastructures socio-économiques et une meilleure connectivité entre les zones de production et les marchés", a-t-il déclaré.
 
M. Guèye s’exprimait à Saly-Portudal (Mbour, ouest), où il procédait à la clôture officielle d’un atelier de formation des formateurs sur la maîtrise d’ouvrage des infrastructures rurales. Cette rencontre est initiée par le PNDL et le Centre national de formation et de perfectionnement des travaux publics (CFPTP).
 
Le PDZP/PNDL est cofinancé par l’Etat du Sénégal, le Fonds africain de développement (FAD) de la Banque africaine de développement (BAD), le Fonds de l’OPEP (OFID) et les collectivités territoriales bénéficiaires.
 
D’un montant de 30 milliards 600 millions FCFA, il cible 10 régions, à savoir Diourbel, Fatick, Kaffrine, Kaolack, Kolda, Louga, Matam, Sédhiou, Saint-Louis et Tambacounda.

Il s’étale sur la période 2019-2024 et interviendra dans 30 départements et 48 communes, dont 20 dans la zone nord, et 28 dans la zone sud.
 
"Les bénéficiaires directs du projet sont globalement les populations de 1.249 villages polarisés, soit environ un million d’habitants, dont 52% de femmes, qui auront un accès plus facile aux services de base, aux facteurs de production et aux marchés", a indiqué Oumar Guèye.
 
Il estime que la facilitation et la sécurisation de l’accès aux infrastructures socioéconomiques permettront d’"améliorer significativement" les conditions de vie des populations résidant dans les localités concernées par le projet.
 
Dans les différentes zones d’intervention du projet, il est prévu la réalisation de 20 périmètres maraîchers avec un système de goutte-à-goutte et d’énergie solaire, pour les femmes et les jeunes, la mise en place de cinq centres de services de mécanisation.
 
L’appui aux jeunes entrepreneurs pour la création de 50 microentreprises de prestation de services, incluant la formation, l’accompagnement et la dotation en équipements, la mise en place de 20 coopératives ou GIE en fonction de la pertinence et des opportunités du milieu sont les autres actions envisagées.
 
En plus, ajoute le ministre, le PDZP/PNDL facilitera aussi la création d’emplois ruraux, par les techniques du cantonnage et d’exploitation des ouvrages dans le cadre de l’entretien courant des pistes. 
 
Il a signalé que "les pôles décentralisés de la Direction centrale des marchés publics (DCMP) ont approuvé, à ce jour, 26 demandes d’appels d’offres pour un linéaire de 524 km sur un total de 550 km de pistes à réaliser". 
 
Il a ajouté que 25 communes ont lancé des appels d’offres pour un linéaire de 514 km. Et parmi ces 25 communes, 22 ont déjà attribué leurs marchés et signé leurs contrats, pour un montant global de 16,6 milliards de FCFA, correspondant à un linéaire de 470 km. 
 
"Au total, toutes les collectivités territoriales bénéficiaires du financement du Fonds africain de développement (FAD) ont délivré leurs ordres de service de démarrage des travaux", a précisé le ministre des Collectivités territoriales, du Développement et de l’Aménagement des territoires.

ADE/ASG/BK