Les avantages de l’intercommunalité vantés par la CNDT
APS
SENEGAL-COLLECTIVITES-DEVELOPPEMENT

Les avantages de l’intercommunalité vantés par la CNDT

Saly-Portudal (Mbour), 12 avr (APS) – L’intercommunalité est "un levier décisif" favorisant la participation réelle et l’implication effective des différents acteurs des territoires dans la mise en oeuvre de la stratégie nationale de développement territorial a indiqué, jeudi à Saly-Portudal (Mbour), le président de la Commission nationale du dialogue des territoires (CNDT), Benoit Sambou.
 
 
Elle "va occuper une place plus importante dans le développement local", a analysé M. Sambou qui s’exprimait lors d’un atelier de finalisation et de validation de la loi d’orientation sur l’intercommunalité et ses décrets d’application.

Benoit Sambou a fait remarquer que "le cadre juridique de l’intercommunalité mis en place depuis 1996 n’a pas permis de résoudre, de manière satisfaisante, les déséquilibres territoriaux notés au Sénégal".
 
"Les leçons tirées de cette expérience relèvent des insuffisances, notamment celles liées à l’accessibilité géographique et financière des services sociaux de base entre les zones rurales et urbaines" a-t-il listé.

Il a fait état de "l’insuffisance de la valorisation des potentialités et des ressources disponibles dans les différents territoires et l’insuffisance des moyens humains et financiers des collectivités territoriales pour l’exercice de leurs compétences".
 
Selon Benoit Sambou, "c’est pour relever ces défis qu’une option résolue a été prise d’aller vers une nouvelle intercommunalité fondée sur la nécessité de mettre en synergie la richesse et les potentialités dynamiques des collectivités territoriales, en vue de remédier et de corriger les disparités actuelles au sein du territoire national".
 
Une étude commanditée par la CNDT a dressé le bilan des expériences intercommunales passées et actuelles dans le pays et attiré l’attention sur la nécessité de disposer d’un cadre législatif et réglementaire de l’intercommunalité plus opérationnel assorti d’instruments de gouvernance, a expliqué M. Sambou.
 
Il ajoute qu’une autre étude portant élaboration des textes régissant le cadre législatif et réglementaire de l’intercommunalité au Sénégal a permis de disposer d’un avant-projet de loi d’orientation et de ses décrets d’application.
 
D’ailleurs, lors de sa session du 18 avril 2017, les commissaires de la CNDT ont examiné et apporté une première série de modifications, en exprimant leur volonté de soumettre ces textes, pour avis, observations et enrichissement à l’ensemble des catégories d’acteurs territoriaux, en cherchant l’inclusion et la participation de tous, a souligné M. Sambou.
 
Pour le directeur de cabinet du ministre de la Gouvernance territoriale, du Développement et de l’Aménagement du territoire, Alassane Sow, l’élaboration de cette loi d’orientation sur l’intercommunalité entre dans le cadre de l’opérationnalisation de l’Acte 3 de la décentralisation.
 
"Mettre en place un cadre législatif et réglementaire pour prendre en charge la coopération territoriale, participe fortement de la recomposition des dynamiques territoriales pour corriger l’émiettement du pays" a-t-il retenu.

Et M. Sow d’ajouter qu’un tel exercice devrait "permettre de mutualiser les ressources humaines et financières des collectivités pour atteindre le développement territorial".
 
 
ADE/PON/OID