L’AFD engagée à donner un
APS
SENEGAL-FRANCE-COLLECTIVITES

L’AFD engagée à donner un "nouveau souffle" à la décentralisation (responsable AFD)


Nguékokh (Mbour), 18 nov (APS) – L’Agence française de développement (AFD) appuie depuis plusieurs décennies l’Etat du Sénégal pour de doter un nouveau souffle à sa politique de décentralisation a indiqué, vendredi à Nguékokh (Mbour), le chef de projet à l’AFD, Louis-Antoine Souchet.

 
"Nous accompagnons le gouvernement pour donner un nouveau souffle à la politique de décentralisation et faire en sorte que les collectivités locales et les communes en particulier, deviennent des acteurs plus forts, parce que l’Etat ne peut pas tout faire aujourd’hui", a-t-il notamment déclaré.


Louis-Antoine Souchet participait à une rencontre d’échanges et d’information sur le contenu du PACASEN (Programme d’appui aux communes et aux agglomérations du Sénégal), mis en œuvre avec le gouvernement du Sénégal, avec le soutien technique et financier de la Banque mondiale et de l’AFD.


Selon M. Souchet, "l’Etat a besoin de s’appuyer sur des collectivités locales fortes, avec des moyens humains renforcés à travers le Fonds d’équipement des collectivités locales (FECL) et une amélioration de la fiscalité locale pour accroître les moyens propres des communes".


"A travers le PACASEN, il s’agit certes d’un changement dans la continuité dans le cadre de l’appui à la décentralisation et à l’amélioration des services publics locaux pour les populations sénégalaises, mais surtout en mettant les maires et leurs équipes au centre de la démarche et les responsabiliser davantage, plus que par le passé, afin de mieux répondre aux besoins et exigences des populations locales", a soutenu le chef de projet de l’AFD.


Pour sa part, Pape Songho Diouf, le maire de Nguékokh, une des 123 communes bénéficiaires de la phase pilote du PACSEN, a relevé que "ce projet nous permettra de construire un centre de santé et un centre commercial, des routes, mais aussi d’améliorer le réseau électrique et de financer la réalisation d’autres services sociaux de base".



"Si les bailleurs de fonds, parmi lesquels la Banque mondiale et l’AFD, ont eu confiance au Sénégal, c’est parce que nous sommes un pays démocratique et stable, avec un président qui a une véritable vision de développement basée sur la transparence et la bonne gouvernance mais aussi sur la participation citoyenne", a estimé le député-maire.



D’après lui, "c’est une première au Sénégal qu’un programme aussi ambitieux que le PACASEN, d’un coût de 156 milliards de francs CFA, soit mis à la disposition de 123 communes. C’est pourquoi nous remercions la Banque mondiale et l’AFD, mais aussi et surtout l’Agence de développement municipal (ADM) et les Agences régionales de développement (ARD) qui nous appuie dans le cadre de notre mission", a dit Pape Songho Diouf.



 


ADE/PON