L’Acte 3 de la décentralisation vise la construction de la cohérence territoriale (consultant)
APS
SENEGAL-COLLECTIVITES-DEVELOPPEMENT

L’Acte 3 de la décentralisation vise la construction de la cohérence territoriale (consultant)

Saly-Portudal (Mbour), 13 avr (APS) – L’Acte 3 de la décentralisation vise, entre autres objectifs, la construction de la cohérence territoriale et l’amélioration des mécanismes de financement et de la gouvernance budgétaire locale a indiqué, jeudi à Saly-Portudal (Mbour), le juriste-consultant, Mamadou Kamara.

 
 
M. Kamara qui est impliqué dans l’élaboration du projet de loi d’orientation sur l’intercommunalité a souligné que cette réforme a consacré la "communalisation intégrale".

Le juriste-consultant présentait ce projet lors d’un atelier à Saly-Portudal au cours duquel il a rappelé également que l’Acte 3 de la décentralisation a permis aux départements érigés en collectivités territoriales de prendre en charge la promotion du développement harmonieux du territoire national à partir de la valorisation de leurs potentialités.
 
"L’Acte 3 vise une véritable recomposition de notre architecture territoriale pour réussir à organiser le Sénégal en territoires viables, compétitifs et porteurs de développement durable, à travers la territorialisation des politiques publiques, la promotion de la bonne gouvernance territoriale, la gestion durable de l’environnement et des ressources naturelles ainsi que le développement équilibré et équitable des territoires", a-t-il expliqué.
 
A en croire M. Kamara, la politique d’intercommunalité permet aux collectivités territoriales d’entreprendre des actions de coopération qui peuvent se traduire par la création d’un groupement de deux ou plusieurs collectivités territoriales ou de toute autre structure appropriée de promotion et de coordination des actions de développement dans des domaines spécifiques.
 
"Le gouvernement définit une politique globale d’échanges et de coopération pour le développement économique durable, notamment en matière d’intercommunalité, avec le souci d’instaurer entre les collectivités territoriales, des liens mutuellement bénéfiques", a-t-il souligné.
 
Selon lui, cette politique tend notamment à créer, au sein des territoires locaux, des structures intercommunales de coopération, visant à renforcer leurs communautés d’intérêts locaux et à contribuer ainsi à leur développement durable.
 
"La politique d’intercommunalité concourt au renforcement de la capacité et de l’autonomie des collectivités territoriales dans une démarche inclusive et participative en matière de conception, d’élaboration, de mise en œuvre, de suivi-évaluation et de contrôle des politiques publiques locales", a soutenu Kamara.
 
Mamadou Kamara d’ajouter que les actions entreprises, à tous les niveaux, dans les domaines de la santé, de l’environnement et de la gestion des ressources naturelles, de la lutte contre la pauvreté, du développement économique durable, de l’éducation, de la formation, de l’accès à l’eau potable et de l’assainissement, doivent favoriser l’esprit de coopération et de la solidarité dans le territoire et ce, en particulier dans l’affectation des ressources.
 
ADE/PON