Niakhar : Les ressources financières de la mairie
APS
SENEGAL-COLLECTIVITES-DEVELOPPEMENT

Niakhar : Les ressources financières de la mairie "dans une situation alarmante’’ (maire)

Niakhar, 17 sept (APS) - Les ressources financières de la commune de Niakhar pour l’exercice 2017 se trouvent ‘’dans une situation alarmante’’, s’est désolé samedi le maire de cette localité, Macodou Sène.
 
Cette situation est due selon lui au ‘’refus’’ d’une ‘’bonne frange des administrés de s’acquitter du minimum fiscal annuel de 900 francs CFA prévu par habitant’’.
 
’’La taxe rurale est remplacée par le minimum fiscal depuis que nous sommes passés au statut de commune. Et au titre de la présente gestion 2017, sur une prévision de plus de 10 millions de francs CFA, nous sommes à moins d’un million de francs à la date d’aujourd’ hui, soit à peu près à 800.000 francs CFA , soit entre 7 % à 8% de recouvrement’’, a indiqué M. Sène.
 
Il s’exprimait au cours d’un point de presse tenu en marge de la remise d’un don composé de plusieurs lots d’équipements sportifs d’une valeur de plus de 4 millions de francs CFA à 25 ASC affiliées à la commune. 
 
’’A quatre mois de la fin de l’exercice 2017, le 31 décembre prochain, vous imaginez que nous n’allons pas atteindre les objectifs que nous nous étions fixés. Et c’est vraiment alarmant pour qui sait ce que représentent les ressources financières issues du mininum fiscal dans les ressources propres d’une commune’’, a-t-il ajouté. 
 
Si aujourd’hui la mairie ne devait compter que sur ses ressources propres, rien n’aurait été fait, a-t-il indiqué. 
 
’’C’est grâce à l’appui de l’Etat dans le cadre de son fonds de concours que nous arrivons à faire des réalisations. Mais aussi avec l’appui de nos partenaires et parfois sur nos économies personnelles pour faire marcher nos communes ’’, a-t-il expliqué, admettant, que ’’c’est très difficile’’.
 
Le maire a expliqué que le très faible niveau de recouvrement fiscal est causé par ‘’le refus, d’une bonne frange de la population de la commune, soit entre 40% à 45 % habitant dans le village de Niakhar centre, de payer cette charge’’.
 
’’Le village de Niakhar est le mauvais élève en terme de payement du minimum fiscal par habitant concerné. Donc, si à ce niveau le bât blesse, alors vous comprenez pourquoi nous avons un niveau de recouvrement très très faible dans l’ensemble de la commune forte de 32 villages’’, a-t-il expliqué.
 
‘’Toutefois, a-t-il indiqué, nous ne ratons aucune occasion pour lancer un message de sensibilisation à l’endroit des populations.’’
 
’’Nous comptons, après l’hivernage, faire le tour des quartiers de Niakhar, pour sensibiliser tout en misant aussi sur les jeunes de la commune qui pourront être des relais et sensibiliser leurs parents’’, a-t-il annoncé.
 
Dans le cadre de cette démarche seront privilégiés le dialogue et la concertation, a-t-il assuré.
 
’’Il y a certes des gens à sensibiliser, mais je suis convaincu qu’une bonne frange refuse de payer la charge fiscale’’, a-t-il déploré, soulignant que si toutes ces personnes s’acquittaient de leur charge fiscale, la commune fonctionnerait mieux. 
 
 ’’Les populations ne s’acquittent pas du minimum fiscal annuel de 900 francs par habitant’’, a-t-il dénoncé. Selon lui, elles préfèrent dépenser leur argent dans des choses moins importantes plutôt que de soutenir leurs communes.
 
’’Et pourtant, tous les jours, ces mêmes populations réclament à leur mairie de renforcer l’éclairage public, des écoles, la santé, l’hygiène et pour ça il faut un minimum’’, a-t-il encore souligné.


AB/ASG