Diourbel : le Conseil départemental vote un budget de 415 millions de FCFA
APS
SENEGAL-ECONOMIE-COLLECTIVITES

Diourbel : le Conseil départemental vote un budget de 415 millions de FCFA

Diourbel, 15 déc (APS) - Le Conseil départemental de Diourbel a adopté mardi un projet de budget de 415 millions pour l’exercice 2021, en augmentation de plus de 31 millions par rapport à celui en cours d’exécution, a constaté l’APS.

‘’Le budget d’investissement s’élève à 137, 5 millions de francs, celui réservé au fonctionnement est de l’ordre de 277,5 millions pour un budget global de plus de 415 millions’’, a expliqué le président du Conseil départemental, Khadim Guèye.

Le budget de fonctionnement de l’institution a connu une hausse de plus 31 millions par rapport à l’exercice de 2020 qui s’élevait à 246 millions 462 mille FCFA. 

Il a assuré que le Conseil départemental qu’il dirige fait des budgets qui dépassent les fonds de dotation en mettant le plus de rubriques possibles.

‘’Nous allons essayer d’aller chercher des ressources additionnelles pour y arriver. De l’Etat attend pas plus de 150 millions CFA’’, a fait savoir.

Les débats de cette session ont été axés sur les questions de santé, d’environnement et d’éducation. Certains élus pointant le déficit de lycées et de collèges dans le département de Diourbel.

‘’Le manque de lycées et de collèges est, aujourd’hui, devenu un problème. Diourbel n’a que trois lycées dont l’un est un ancien Cem extrêmement étroit qui a été transformé en lycée’’, a regretté Khadim Guèye.

Il a révélé avoir fait faire des enquêtes pour savoir le nombre de lycées et de Cem construits dans les autres départements du pays.

‘’Diourbel est probablement le seul département au Sénégal où il n’y a que la capitale départementale qui a un lycée. Dans tous les autres départements, il y a des lycées dans les communes’’, a-t-il commenté.

Pour combler ce gap, certaines communes ont essayé de trouver des alternatives en construisant des classes de seconde pour les élèves admis au BFEM mais c’est une solution provisoire donc il faut que l’état construise des salles de classes et des lycées, a-t-il laissé entendre.

Il a ajouté que les départements pouvaient contribuer au développement territorial du pays à condition d’en avoir les moyens .

 ‘’Les départements demandent depuis 5 ans que l’Etat revoit les dotations (à la hausse). On ne peut pas demander à un département de participer sérieusement au développement avec 70 millions de francs ’’, a-t-il déploré.

FD/AKS