Le maire de Diass souhaite voir sa commune faire partie du réseau de la SONES
APS
SENEGAL-COLLECTIVITE-HYDRAULIQUE

Le maire de Diass souhaite voir sa commune faire partie du réseau de la SONES

Diass (Mbour), 14 avr (APS) - Le maire de Diass (Mbour), Cheikh Tidiane Diouf, a redit mercredi son souhait de voir sa commune intégrer le réseau hydrographique de la Société nationale des eaux du Sénégal (SONES).

"L’incorporation de Diass dans le réseau hydrographique de SONES (...), est une urgence pour nous, parce que l’eau est vitale", a-t-il dit en recevant une mission du ministère de l’Eau et de l’Assainissement regroupant les différentes parties prenantes de la gestion de l’eau potable au Sénégal.
 
La commune de Diass souhaite être raccordée au réseau urbain de la SONES, en vue de mieux profiter des importants programmes en cours d’exécution dans ce domaine, parmi lesquels le projet KMS3, qui concerne la construction d’une station de traitement d’eau potable d’une capacité de 100 000 m3/jour extensible à 200 000 m3/jour à l’horizon 2025.
 
KMS3 dont la construction a démarré en avril 2018 est présentée comme le plus important ouvrage hydraulique du Sénégal. 
 
Il inclut la réalisation d’une conduite de refoulement et de transport d’environ 210 km entre le Lac de Guiers et la ville de Dakar, dimensionnée pour 200 000 m3/jour. 
 
L’infrastructure est bâtie à Keur Momar Sarr, une localité située au bord du Lac de Guiers d’où est prélevé l’essentiel de l’eau courante de Dakar et de certaines zones urbaines.
 
Dans le souci de soulager les populations locales en matière d’approvisionnement en eau potable, "j’ai envoyé une correspondance au ministre de l’Eau et de l’Assainissement afin que tous les villages puissent être raccordés’’ au réseau de KMS 3, qui traverse la commune de Diass, a expliqué l’élu, en présence de responsables de la SONES, de Sen’Eau, ainsi que de l’Office des forages ruraux (OFOR).
 
Il considère que la venue de cette délégation à Diass constitue une ’’réponse favorable’’ à sa requête, ajoutant qu’il fallait anticiper sur les prévisions liées au développement des activités de l’aéroport international Blaise Diagne (AIBD), de la Zone économique spéciale intégrée (ZESI) et du pôle urbain Daga-Kholpa, autant de structures installées dans sa commune.
 
’’Cette situation fait que la démographie est tellement galopante que les forages dont nous disposons ne peuvent plus servir la population’’, a souligné Cheikh Tidiane Diouf.
 
Il signale que sa commune qui polarise 22 villages, avec une population d’environ 50 000 habitants, ne dispose actuellement que de quatre forages.
 
Aussi le maire de Diass a-t-il annoncé le démarrage prochain des "branchements sociaux" qui désigne le raccordement des ménages modestes au réseau de distribution d’eau potable, une "priorité" dans le cadre des réponses à apporter aux difficultés d’accès à l’eau potable de ses administrés.
 
’’Nous allons tout faire pour que le plus rapidement possible, la population puisse accéder à l’eau potable, en quantité et en qualité. Les quatre forages dont nous disposons sont insuffisants", a-t-il indiqué. 
 
Diass, chef-lieu de la commune, "peut rester deux à trois jours sans avoir de l’eau. C’est vraiment difficile à comprendre", a déploré son maire.

ADE/BK/ASG