Abdoulaye Diouf Sarr évoque
APS
SENEGAL-COLLECTIVITES-FINANCEMENT

Abdoulaye Diouf Sarr évoque "la grande contrainte" de la décentralisation

Somone (Mbour), 18 mai (APS) – La politique de décentralisation du Sénégal a longtemps souffert d’une inadéquation entre les compétences transférées aux collectivités locales et les ressources financières mises à leur disposition, a déclaré, jeudi à Somone (Mbour, ouest), le ministre de la Gouvernance locale, du Développement et de l’Aménagement du territoire, Abdoulaye Diouf Sarr.
 
 
"En initiant l’Acte 3 de la décentralisation, le président de la République a exprimé sa volonté de lever cette grande contrainte de notre système de décentralisation", a-t-il cependant ajouté.

M. Sarr s’exprimait ainsi lors du démarrage des travaux d’un atelier initié par l’Agence de développement municipal (ADM) sur le thème : "Financement des collectivités locales par le système bancaire : enjeux et opportunités". 
 
"En effet, la question du financement des collectivités territoriales constitue, si je peux m’exprimer ainsi, le cœur de la réforme. Toutes les parties prenantes en conviennent", a-t-il d’ailleurs souligné. 
 
Aussi, il a évoqué sa double qualité de ministre chargé des collectivités locales et de maire pour dire qu’il est bien placé pour appréhender les difficultés financières auxquelles les départements et les communes sont confrontés dans le cadre de leur fonctionnement et de leurs investissements. 
 
Le ministre reconnaît que le recours au financement bancaire n’est pas aisé. Il requiert, selon lui, un certain nombre de conditions qui font défaut à la plupart des collectivités territoriales du pays. 
 
"Mais nous observons qu’à la faveur de l’Acte 3 de la décentralisation, l’environnement économique et la gouvernance sont en évolution positive de telle sorte qu’il est possible d’envisager de belles perspectives pour le financement bancaire dans le secteur local", a-t-il toutefois concédé. 
 
Selon lui, la qualité et la haute conscience des hommes et des femmes qui sont à la tête des communes et des départements aideront aussi à renforcer la crédibilité des territoires vis-à-vis du secteur bancaire. 
 
"Mon département est totalement engagé, avec tous les acteurs concernés, à améliorer, si nécessaire, le cadre juridique et institutionnel et à accompagner les initiatives locales pour accéder aux fonds bancaires", a-t-il assuré. 
 
De même, il a promis, sous l’autorité du premier ministre, de poursuivre parallèlement les échanges entre son département et le ministère de l’Economie, des Finances et du Plan "pour trouver des solutions concrètes et durables à la problématique du financement des collectivités locales". 
 

ADE/MD/PON