Réprésentation de la diaspora : l’argumentaire de l’ACT pour 7 députés au lieu de 15
APS
SENEGAL-POLITIQUE-ANALYSE

Réprésentation de la diaspora : l’argumentaire de l’ACT pour 7 députés au lieu de 15

Dakar, 16 jan (APS) - L’application de la règle de la proportionnalité aurait dû "conduire à faire représenter la diaspora par un nombre proche de sept députés et non de quinze", comme arrêté par la loi votée début janvier par les députés sénégalais, estime l’Alliance pour la citoyenneté et le travail (ACT) de l’ancien Premier ministre Abdoul Mbaye.

 
 
"L’application d’une règle de proportionnalité aurait donc du conduire à faire représenter la diaspora par un nombre proche de sept (7) députés et non de quinze (15)", si l’on sait que "lors des dernières élections législatives, il y avait 5 080 295 inscrits sur le territoire national contre 230 170 hors du territoire", écrit l’ACT dans un communiqué publié à l’issue de la dernière réunion de son bureau politique. 
 
L’Assemblée nationale sénégalaise a voté le 2 janvier dernier une loi permettant l’élection de 15 parlementaires pour la diaspora, portant à 165 le nombre total de députés élus.
 
Ce projet de loi, faisant suite à la révision constitutionnelle validée par référendum le 20 mars 2016, a été adopté à une écrasante majorité des députés présents.
 
Des députés de l’opposition ont voté contre ou se sont abstenus, estimant qu’il n’était pas nécessaire d’augmenter le nombre de députés car cela entraînera des rémunérations supplémentaires qui pourraient être consacrées à d’autres besoins du pays de 14 millions d’habitants.
 
La création des 15 nouveaux sièges entraîne celle de huit nouveaux départements électoraux à l’étranger, avait indiqué le ministre de l’Intérieur et de la Sécurité publique, Abdoulaye Daouda Diallo.
 
Il a fait valoir que la diaspora —entre 2,5 et 3 millions de Sénégalais établis à l’étranger, selon les dernières immatriculations et recensements généraux—, contribue pour plus de 900 milliards de francs CFA (près de 1,38 milliard d’euros) par an à l’économie nationale, soit près du tiers du budget de l’Etat pour 2017.
 
L’Alliance pour la citoyenneté et le travail invoque de son côté le dernier recensement de 2013, qui confirme selon elle que la diaspora devrait être représentée par 7 et non 15 députés.
 
"En outre, et à titre de comparaison, le nombre d’électeurs inscrits dans le département de Mbacké s’élevait en 2013 à 281 868 (soit plus que l’ensemble des électeurs de la diaspora) avec six (6) sièges à pourvoir sur la liste majoritaire", insistent Abdoul Mbaye et ses camarades. 
 
L’ACT déplore par conséquent un objectif "d’affaiblir la représentation sur le territoire", dans un "souci de privilégier un électorat que le parti au pouvoir suppose davantage acquis à sa cause". 
 
Aussi l’ACT, a-t-elle, "de nouveau insisté sur la nécessité pour les citoyens de s’inscrire sur les listes électorales et de ne pas renoncer à leurs droits d’électeurs".
 
 

BK/PON