Présidentielle française : Rama Yade confiante d’être élue
APS
SENEGAL-FRANCE-POLITIQUE

Présidentielle française : Rama Yade confiante d’être élue

Dakar, 4 oct (APS) - Rama Yade, candidate à l’élection présidentielle française a soutenu, lundi à Dakar, que la France est "un pays ouvert" avec "un charme démocratique" capable d’élire une femme présidente de la République.
 
 
En visite à Dakar depuis samedi, Rama Yade qui s’exprimait lors d’une conférence de presse a indiqué que les français vont s’exprimer lors de la présidentielle et qu’elle a confiance au "charme démocratique" français.
 
"La France a expérimenté des députés et ministres d’origine africaine. C’est un pays suffisamment ouvert pour élire une femme qui ressemble de plus en plus à la société française" a expliqué la responsable du mouvement "La France qui ose".
 
L’ancienne secrétaire d’Etat sous le régime de Nicolas Sarkozy a souligné que si elle est élue, ce sera "un sacré message que la France enverrait au monde" et ce ne serait que "dans l’ordre des choses". 
 
"Ma candidature est considérée comme le pont de convergence de cette espérance. Je ne veux pas que la France se limite entre le choix du président sortant ou d’un ancien et je suis là pour proposer un nouveau choix", a-t-elle dit.
 
Interpellée sur sa position par rapport aux Accords de partenariat économique (APE), elle a indiqué qu’il "est urgent d’attendre car l’affaire n’est pas encore clarifiée des deux côtés".
 
"Il y a beaucoup de problèmes à régler, beaucoup de défis à relever. Nous avons une situation difficile en France avec les agriculteurs et l’abaissement des tarifs douaniers ne serait pas favorable", a-t-elle expliqué. 
 
Elle a invité les Etats à ne pas se précipiter et de mettre en place un système d’échange plus efficace et poursuivre la réflexion pour que chacun en sorte gagnant.
 
S’agissant de la question des migrants, Rama Yade a plaidé pour plus d’opérations et de moyens pour les sauvetages. 
 
"On ne laisse pas des hommes et des femmes mourir sur la Méditerranée. Je suis émigrée et sensible à cette question et cette situation ne peut pas durer" a dit la candidate à l’élection présidentielle française. 
 

SK/PON