Ousmane Sonko dénonce des
APS
SENEGAL-LEGISLATIVES-SCRUTIN-REACTION

Ousmane Sonko dénonce des "dysfonctionnements notoires", appelle à "un vote massif"

Ziguinchor, 30 juil (APS) – Le leader de la coalition "Ndawi Askan Wi/Alternative du peuple", Ousmane Sonko, a dénoncé dimanche à Ziguinchor (sud) "plusieurs dysfonctionnements notoires" dans le déroulement des opérations électorales avant d’appeler les citoyens à "sortir et à se mobiliser pour un vote massif".
 
"A Ziguinchor, les gens votent tranquillement. Mais ce n’est pas encore la grosse ferveur (…), nous avons noté beaucoup de dysfonctionnements avec des citoyens qui détiennent des cartes d’identité biométriques mais dont le nom ne figure pas sur les listes électorales", a déploré Ousmane Sonko.
 
Le président du parti PASTEF - Patriote du Sénégal pour le travail, l’éthique et la fraternité (opposition), s’est acquitté de son devoir civique au centre de vote HLM Néma de Ziguinchor, peu après 12 heures.
 
"Tout cela est extrêmement grave et relève de la responsabilité de notre administration. On nous a signalé également dans beaucoup de localités au niveau national des manquements liés au matériel électoral avec des bureaux de vote qui n’avaient pas encore reçu toutes les 47 listes", a poursuivi M. Sonko.
 
Il a dénoncé d’autres "dysfonctionnement liés également à des abris provisoires emportés par les vents notamment à Touba Mbacké ou à Darou Moukhty" (Diourbel, centre).
 
"Tous ces dysfonctionnements notés peuvent impacter négativement sur le déroulement de ces élections", a soutenu Ousmane Sonko, saluant tout de même "une ambiance bon enfant" dans les bureaux de vote qu’il a visités à Ziguinchor.
 
Le leader de la coalition "Ndawi Askan Wi/Alternative du peuple" a invité les citoyens à "sortir massivement avant 18 heures parce que l’Etat est en train de tout faire pour saboter le scrutin".
 
"L’Etat avait annoncé la couleur dans la conduite du fichier électoral, la fabrication et la distribution des cartes d’identité biométriques, l’avis escamoté du Conseil constitutionnel, la mauvaise date des élections qui correspond à une période de fortes pluviométries surtout ici en Casamance", a-t-il dit.
 
"Il faut que les citoyens sortent et se mobilisent avant la fermeture des bureaux de vote (…) c’est l’avenir du pays en jeu. Il nous faut une vraie Assemblée nationale, mais pour cela il faudra un vote massif", a soutenu Ousmane Sonko.
 

MTN/BK