Manifestations : Article 19 appelle le Sénégal à mener des enquêtes et à renforcer la sécurité des journalistes
APS
SENEGAL-POLITIQUE-VIOLENCE

Manifestations : Article 19 appelle le Sénégal à mener des enquêtes et à renforcer la sécurité des journalistes

Dakar, 6 mars (APS) – Article 19, une association de défense de la liberté d’expression et d’information, appelle les autorités sénégalaises à enquêter sur la mort des personnes tuées dans les violentes manifestations et à renforcer la sécurité des journalistes.

Elle réclame aussi, dans un communiqué parvenu samedi à l’APS, la libération des politiciens et activistes détenus. 
 
‘’Des activistes ont été arrêtés, des journalistes et médias attaqués, et au moins cinq personnes sont mortes depuis le début des contestations antigouvernementales’’, affirme Article 19.
 
‘’Face à cette escalade de violence et de tension, le gouvernement doit prendre des mesures concrètes pour renforcer la sécurité des journalistes et protéger l’indépendance de la presse et l’accès du public à l’information’’, écrit l’organisation.
 
Elle appelle les autorités du pays à ‘’faire la lumière sur les circonstances de la mort des personnes’’ victimes des violentes manifestations et à ‘’libérer les politiciens et activistes détenus’’. 
 
Article 19 affirme que ‘’depuis le début du mois, au moins quatre activistes et leaders des mouvements citoyens, dont Guy-Marius Sagna, sont détenus et accusés d’infractions’’ diverses : ‘’menace à la sûreté de l’Etat’’, ‘’appel à l’insurrection’’, etc.
 
Sa directrice en Afrique de l’Ouest, Fatou Jagne, dit être ‘’très préoccupée par (…) la violence et la destruction des biens publics et privés pendant les émeutes’’. 
 
‘’Nous sommes profondément préoccupés par les attaques et les menaces dont font l’objet les organes de presse et les journalistes et demandons à toutes les parties de respecter la liberté des médias et de s’abstenir de toute violence contre les médias’’, affirme Mme Jagne dans le communiqué. 

Elle déplore également la coupure du signal de deux médias, WalfTV et SenTV, par le Conseil national de régulation de l’audiovisuel. 
 
De même dénonce-t-elle ‘’les violentes attaques contre la RFM, la Télévision futurs médias, le site Dakaractu, et le journal gouvernemental Le Soleil, ainsi que les violences physiques entrainant des blessures sur quatre journalistes couvrant une manifestation’’.
 
Des violences ont éclaté dans plusieurs villes du Sénégal après l’arrestation, mercredi 3 mars, de l’opposant Ousmane Sonko, accusé par une employée d’un salon de beauté et de massage de ‘’viols répétés’’ et de ‘’menaces de mort’’.
 
M. Sonko, député et candidat à l’élection présidentielle de 2019, est également accusé de ‘’trouble à l’ordre public’’ et de ‘’participation à une manifestation non autorisée’’. Inspecteur des impôts et domaines, il a été radié en 2016 de la fonction publique par le président de la République, Macky Sall.


ESF