Les quotidiens prolongent les débats sur l’autoroute à péage
APS
SENEGAL-PRESSE-REVUE

Les quotidiens prolongent les débats sur l’autoroute à péage

Dakar, 8 mai (APS) - La mort accidentelle de Papis Mballo du groupe musical sénégalais Gélongal continue d’alimenter les journaux, les quotidiens parvenus mardi à l’APS revenant pour la plupart sur ce sujet évoqué la veille, en rebondissant sur la sortie du président Macky Sall sur la question.

Enquête campe le débat comme suit : "La mort brutale de l’artiste Papis Mballo sur l’autoroute à péage a remis au goût du jour le débat sur les conditions d’exploitation" de l’autoroute à péage reliant Dakar à l’aéroport international Blaise Diagne de Diamniadio (AIBD).
 
"Papis Mballo s’en est allé. Mais non sans laisser derrière lui un vif débat autour de l’autoroute qui l’a vu succomber de manière si brutale. Sécurité, tarifs, civisme : tout y passe", rapporte le journal.
 
Il ajoute que pendant que le président de la République Macky Sall "demande une révision de la concession, certains observateurs, loin de la volée de bois vert contre Eiffage", la société en charge de la gestion de l’autoroute à péage, "interpellent la conscience des citoyens et du gouvernement pour éviter pareils drames à l’avenir".
 
"Macky tape sur la table", suite à la mort de Papis Mballo, samedi matin, sur l’autoroute à péage, à hauteur de Toglou 2. Cet accident de voiture, intervenu sur un tronçon mal éclairé, a été provoqué par un troupeau de vaches en divagation, selon des informations de presse.
 
"Face à l’indignation suscitée par cette tragédie et les conditions dans lesquelles elle est survenue (défaut d’éclairage, irruption de troupeau de vaches sur la chaussée), le chef de l’Etat, Macky Sall, en appelle, une nouvelle fois, à la révision de la concession de l’autoroute à péage et des tarifs", écrit Sud Quotidien.
 
Selon le quotidien national Le Soleil, le président de la République a "demandé au gouvernement d’accélérer le processus de révision du contrat de concession de l’autoroute à péage et de prendre des mesures fermes pour renforcer la sécurité sur le long du tracé", suite à ce drame.
 
"Après avoir déploré les morts sur cet axe, le chef de l’Etat a annoncé la prochaine révision du contrat de concession et celle des tarifs", note aussi Le Témoin quotidien. 
 
"C’est vraiment inadmissible de laisser des vaches traverser l’autoroute", déclare le président de la République dans des propos rapportés par le quotidien L’As, selon lequel "menace Senac", du nom de Gérard Senac dont la société, Eiffage, est au tributaire de la concession d’exploitation de l’autoroute à péage.
 
"L’Etat pompier arrive", estime Walfquotidien. "L’insécurité sur l’autoroute à péage a toujours été dénoncée, non seulement par l’usager lambda, mais par des députés devant le ministre des Infrastructures", renseigne le journal.
 
"Malgré ces dénonciations, écrit-il, l’Etat n’avait pris aucune mesure pour y remédier. En lieu et place d’une action concrète, l’Etat n’a fait que des promesses". 
 
"Macky veut freiner Senac", insiste La Cloche à la Une, Tribune parlant de "Péage de réprimandes...". "Suite au décès accidentel de Papis +Gélongal+, l’autoroute à péage est au cœur de tous les débats", fait d’abord observer ce journal.
 
Il signale ensuite que les usagers qui "semblaient se retenir de taper" sur Gérard Senac, "n’ont pas hésité à déverser leur trop-plein de mécontentements. Ils ont foutu Senac dans un sac à puces. C’est un péage de réprimandes avant tonnerre".
 
 

BK/PON