Les Forces armées gambiennes renouvellent leur allégeance à Adama Barrow
APS
SENEGAL-GAMBIE-INDEPENDANCE-DEFENSE

Les Forces armées gambiennes renouvellent leur allégeance à Adama Barrow


Des envoyés spéciaux de l’APS : Abdoulaye Badji et Mohamed Tidiane Ndiaye


 Bakau (Gambie), 18 fév (APS) - L’armée gambienne a renouvelé son allégeance au nouveau président gambien Adama Barrow, samedi au stade de Bakau, à l’ouest de Banjul la capitale gambienne, où le successeur du président Jammeh a prêté serment en présence d’une foule nombreuse. 


Le président Barrow a juré de respecter et de faire respecter la Constitution gambienne, au cours d’une cérémonie solennelle coïncidant avec les festivités commémorant le 52e anniversaire de l’accession de la Gambie à la souveraineté internationale. 


Le tombeur du président Jammeh avait déjà été investi dans ses nouvelles fonctions le 19 janvier dernier dans les locaux de l’ambassade de la Gambie au Sénégal où il avait été accueilli à la suite du refus de son prédécesseur de reconnaître sa défaite. 


L’armée gambienne, dirigée par son chef d’état-major général Ousmane Badji, lui a donc renouvelé son allégeance devant les populations venues en masse au stade de Bakau, en présence de plusieurs officiels et présidents de pays membres de la Communauté économique des Etats de l Afrique de l’Ouest CEDEAO 


Il y avait notamment la Libérienne Ellen Johnson Shirleaf, également président de la Conférence des chefs d’Etat de la CEDEAO, mais aussi les présidents Macky Sall, président d’honneur de cet évènement, et Mohamed Ould Abdel Aziz de la Mauritanie. 


Une foule monstrueuse avait investi tôt le matin le stade de Bakau, à l’ouest de Banjul, la capitale gambienne, en attendant le démarrage de cette cérémonie marquant l’avènement de la "New Gambia", une nouvelle ère de démocratie selon de nombreux citoyens de ce pays. 


Certains Gambiens ont reconnu avoir passé la nuit sur place, pour ne rien rater de cette fête, la première à être célébrée depuis plus de 23 ans sans Yahya Jammeh, arrivé au pouvoir en juillet 1994 suite à un coup d’Etat. 


Jammeh a été contraint à l’exil en Guinée équatoriale, après la victoire du président Barrow à la présidentielle gambienne du 1er décembre dernier dont il contestait les résultats après avoir reconnu sa défaite.


 


AB/MTN/BK/MS