La géopolitique actuelle suggère ’’une autre approche diplomatique’’ (Abdoulaye Makhtar Diop)
APS
SENEGAL-DIPLOMATIE-ANALYSE

La géopolitique actuelle suggère ’’une autre approche diplomatique’’ (Abdoulaye Makhtar Diop)

Saly-Portudal (Mbour), 1er mars (APS) - La problématique du terrorisme doit inciter le Sénégal à mettre en place ’’une autre approche’’ diplomatique, sans compter que la diplomatie d’un pays peut être parfois conditionnée par ses richesses, a indiqué le député Abdoulaye Makhtar Diop, faisant allusion aux découvertes pétrogazières sur le territoire sénégalais.

"Nous avons aujourd’hui nos ressources pétrolières et gazières, et comme j’ai eu à le dire, la diplomatie est conditionnée parfois, infléchie par les richesses d’un pays. Il est certain qu’avec tout ce que nous avons comme background, comme cursus dans la diplomatie, le pétrole et le gaz viennent ajouter du poids à ce que le président de la République va faire", a-t-il dit.
 
Il intervenait, au nom du ministre du président de l’Assemblée nationale, Moustapha Niasse, samedi, à Mbour, au cours d’un atelier de renforcement des capacités des parlementaires sur la diplomatie.
 
Cette rencontre est à l’initiative de la commission des Affaires étrangères, des Sénégalais de l’extérieur et de l’intégration africaine de l’Assemblée nationale.
 
Selon Abdoulaye Makhtar Diop, vice-président de l’Assemblée nationale, quelle que soit l’approche doctrinaire de la diplomatie, le chef de l’Etat est obligé d’infléchir son action par rapport à l’actualité.
 
Or, dans le domaine de la géopolitique sous-régionale, "le problème majeur" qui se pose en lien avec la situation prévalant dans la sous-région ouest africaine, tient au terrorisme et à ses métastases.
 
"Cela appelle une autre approche, et c’est pour cette raison qu’au niveau du ministère des Affaires étrangères, il y a des éléments que nous devons intégrer pour que dans les missions des membres de la commission des Affaires étrangères, des Sénégalais de l’extérieur et de l’Intégration africaine au sein d’organisations interparlementaires, il puisse y avoir une attitude en conformité avec la politique du gouvernement", a indiqué M. Diop.
 
L’Assemblée nationale du Sénégal, par le biais de son règlement intérieur, est chargée d’une "mission extrêmement importante" liée à la diplomatie, puisqu’il revient aux députés de par leur vote, d’autoriser le président de la République à ratifier les accords et conventions internationaux.
 
A l’en croire, cet atelier de renforcement des capacités des parlementaires en matière de diplomatie, devrait les amener à prendre en compte "de nouveaux paradigmes, avec la géopolitique qui évolue dans notre sous-région avec des phénomènes tels que le terrorisme".
 
S’y ajoute que "de plus en plus", des Etats "se replient sur eux-mêmes, reposant le problème de la mondialisation", a analysé Abdoulaye Makhtar Diop.
 
ADE/BK