Le dernier mot est au peuple, selon la presse quotidienne
APS
SENEGAL-PRESSE-REVUE

Le dernier mot est au peuple, selon la presse quotidienne

Dakar, 23 fév (APS) - Les quotidiens dakarois de ce samedi titrent sur le scrutin de la présidentielle 2019 qui se tient dimanche sur toute l’étendue du territoire national et qui selon eux donne l’occasion au peuple sénégalais de choisir parmi les cinq candidats en lice celui qui devra diriger le Sénégal pendant les cinq prochaines années.
 
‘’L’heure du choix’’, s’exclame Sud Quotidien qui parle d’’’un fauteuil, cinq prétendants, 6.683.043 électeurs’’. Le journal souligne que le scrutin de ce dimanche 24 février ‘’met en lice le président sortant Macky Sall et quatre challengers décidés à lui ravir la magistrature suprême’’.
 
Le quotidien du Groupe Sud Communication passe le mot à Vox Populi, qui rappelle que ‘‘Macky Sall, Idrissa Seck, Ousmane Sonko, El Hadji Issa Sall et Madické Niang ont eu 21 jours pour convaincre’’. Le journal précise que ‘’40.100.000 bulletins’’ ont été ‘’imprimés par candidat’’ pour ce scrutin qui mobilisera 6.683.043 électeurs dans 6.919 lieux de vote et 15.397 bureaux de vote.
 
L’Observateur évoque ‘’5 candidats pour un 1 président’’. Le journal fait le ‘’diagnostic d’une élection à multiples enjeux’’ et étale les ‘’atouts et faiblesses des cinq candidats’’. 
 
‘’Les citoyens aux urnes : le peuple prend le pouvoir’’, renchérit en manchette WalfQuotidien. Selon le journal, la campagne électorale s’étant ‘’achevée hier à minuit’’, ‘’les candidats passent le flambeau au peuple souverain qui reprend son pouvoir’’.
 
‘’Le dimanche 24 février, c’est ce peuple souverain qui va, dans le secret de l’isoloir, dire qui va le diriger pendant cinq ans. Une fois sur cinq années, le peuple devient seul maître à bord, le commandeur en chef’’, note le quotidien du Groupe Walfadjri.
 
C’est ‘’au tour du peuple’’, lance Le Quotidien. Aux candidats en lice qui viennent de boucler leur campagne électorale vendredi, l’éditorialiste du journal déclare : ‘’Descendez maintenant de vos véhicules, rangez vos armes, dégagez vos nervis et soumettez-vous au choix du peuple. C’est son heure’’. Le journal ajoute que ‘’cette majorité silencieuse, qui peut être bavarde le jour du scrutin’’, ‘’reprend sa voix et choisira sa voie’’.

Voilà sans doute pourquoi Direct Info écrit que ’’les cinq candidats [sont) à l’épreuve des urnes’’ pour cette 11e consultation éléctorale de l’histoire du Sénégal indépendant, qui a connu ’’un taux de retrait [des cartes d’électeur] jamais égalé dépassant les 97%’’
 
‘’La parole au peuple’’, titre pour sa part le quotidien L’As selon qui l’une des particularités de ce scrutin, qui mettra aux prises pour la première fois cinq candidat, est qu’aucun d’eux ‘’n’accomplira son devoir civique dans la capitale’’. ‘’Tous les cinq prétendants à la magistrature suprême iront voter dans leur fief, dans les régions’’, remarque le journal.
 
Le quotidien Enquête tente de décrypter les raisons de l’abstention prônée par le leader du Parti démocratique sénégalais (PDS), Abdoulaye Wade qui ‘’reste toujours un combattant redoutable et redouté’’. Le journal écrit que ‘’conscient de ses limites, il continue à peaufiner sa stratégie afin de maximiser ses chances dans son dernier combat contre le régime’’.
 
Le quotidien ‘’Source A’’ indique que le scrutin se déroulera sous un ‘’niveau très élevé de sécurité’’. D’après ce journal, ‘’15.000 policiers, gendarmes et militaires [seront] mobilisés’’. Le journal fait aussi état de ‘’consignes fermes contre les fauteurs de troubles’’.

Donnant les détails de ce déploiement des forces de sécurité, Source A ajoute que ‘’8.000 policiers et gendarmes sont prévus pour les différentes agglomérations urbaines, sans compter les 7.000 militaires présents au niveau des zones frontalières et certains coins reculés’’.
 
Le journal rapporte cette mise en garde du ministre de l’Intérieur, Aly Ngouille Ndiaye, qui déclare : ‘’Nous n’accepterons pas qu’un politicien, de quelque bord qu’il soit, vienne perturber le vote’’.
 
D’ailleurs, lors de son dernier meeting vendredi à Dakar, le président sortant, Macky Sall, s’est voulu on ne peut plus rassurant. ‘’Il n’y aura rien. Je vous assure’’, déclare-t-il dans des propos rapportés par L’As. Et le candidat de Benno Bokk Yaakaar d’avertir : ‘’Ceux qui veulent saboter auront affaire avec la loi’’.

ASG