Le Conseil permanent de la Francophonie pour une transition dirigée par des civils en Guinée
APS
AFRIQUE-POLITIQUE

Le Conseil permanent de la Francophonie pour une transition dirigée par des civils en Guinée

Dakar, 16 sept (APS) - Le Conseil permanent de la Francophonie (CPF), réuni en session extraordinaire, a demandé jeudi la mise en place d’une transition devant être conduite par des civils en Guinée.

Le CPF, dans une résolution adoptée à l’unanimité lors de cette rencontre, "appelle à la mise en place d’un gouvernement de transition conduit par des civils et renouvelle sa demande d’une transition consensuelle et inclusive visant à rétablir l’ordre constitutionnel et démocratique dans les meilleurs délais".

Cette session extraordinaire, présidée à Paris (France) par la secrétaire générale de l’Organisation internationale de la Francophonie, Louise Mushikiwabo, visait à "examiner la situation de la Guinée suite au coup d’Etat militaire perpétré le 5 septembre par les éléments du Groupement des forces spéciales", lequel a conduit à renverser le président Alpha Condé.
 
Dans un communiqué, le Conseil permanent de la Francophonie dit condamner "fermement ces événements" et annonce avoir décidé, "conformément aux dispositions de la Déclaration de Bamako, de suspendre la République de Guinée de la Francophonie, tout en maintenant les programmes de coopération multilatérale francophone, notamment ceux en soutien au processus de rétablissement de l’ordre constitutionnel et démocratique".
 
Dans le même temps, cette instance de la Francophonie "exige du Comité national du rassemblement et du développement (CNRD) la libération immédiate et sans condition du Président Alpha Condé et invite ses responsables à préserver l’intégrité physique, garantir le respect des droits et des libertés fondamentales de tous".
 
Le CPF réitère par ailleurs "son soutien aux efforts continus des partenaires internationaux et régionaux, en particulier la CEDEAO, et sa disponibilité à œuvrer à leurs côtés en faveur d’une transition inclusive, apaisée et durable", lit-on encore.
 
La SG de l’OIF, citée par le communiqué, rappelle que la prise du pouvoir par la force, "quelles qu’en soient les motivations, est une violation des lois de la République et contraire aux valeurs et principes consignés notamment dans les Déclarations de Bamako". 
 
"Rien ne peut justifier une telle violation de nos principes fondamentaux. C’est pourquoi j’ai tout de suite condamné fermement ce coup d’Etat militaire en Guinée", a dit Louise Mushikiwabo.

BK/ASG