La CENA recommande une rationalisation des bureaux de vote
APS
SENEGAL-ELECTIONS-PERSPECTIVES

La CENA recommande une rationalisation des bureaux de vote

Dakar, 17 août (APS) - La Commission électorale nationale autonome (CENA) souligne la nécessité de mener une réflexion dans le sens de rationaliser "certains bureaux de vote", une des recommandations de son dernier rapport portant sur l’organisation du référendum du 20 mars 2016.
 
L’organe en charge de la supervision et du contrôle du processus électoral recommande, dans ce rapport, que soit engagé "une réflexion dans le cadre de la rationalisation de certains bureaux de vote". 
 
"A titre d’exemple, on pourrait, pour la juridiction d’Italie, transférer le bureau de vote de Ladispoli (qui compte trop peu d’électeurs et qui se trouve à quelques encablures de Rome) à Viterbo, qui polarise les villes de Terni, Riano, Rignano Flaminia, Montebello".
 
Elle préconise de même pour "le bureau de vote n° 2 de Livourne à Piombino, qui polarise les villes de Grosseto, Empoli, Santa Crose, Pontedera, Donaratico et Castagneto Carducci", toujours pour le compte de la juridiction d’Italie, où le bureau de vote de Poggibonsi doit être officialisé "en lieu et place de celui de Sienne".
 
La CENA préconise par ailleurs de revoir "les listes des électeurs devant voter à Lamezia Terme et inscrits à Reggio Calabria et vice-versa", ces deux villes italiennes étant distantes de 130 kilomètres. 
 
Au nombre de ses recommandations, elle suggère qu’une solution soit trouvée au cas de la localité de Sibanor, en Gambie, "où aucun bureau ne fonctionne, car ne comptant aucun électeur". 
 
"Si toutefois ce bureau devait être maintenu, il conviendrait d’y affecter des électeurs à l’occasion de la prochaine révision des listes électorales", indique la CENA.
 
D’une manière générale, elle invite les pouvoirs publics à envisager "la mise en place de la Commission technique de revue du Code électoral en vue de l’amélioration de celui-ci en général et, en particulier, de la simplification du nombre de documents à exiger pour exercer le droit de vote". 
 
S’agissant du recensement du vote à l’étranger, la CENA suggère la création, "auprès de chaque ambassade ou consulat général concerné par un scrutin", d’une une Commission de recensement des votes à l’extérieur (CRVE).
 
Sont appelés à siéger au sein de cette commission, l’ambassadeur ou le consul général (ou leur représentant), le président ou un membre de la DECENA (Délégation extérieure de la CENA), ainsi qu’un représentant de chaque candidat ou liste de candidats. 
 
"Cette commission sera présidée par un magistrat qui, seul, aura voix délibérative pour tout contentieux à ce niveau, à l’exemple des organes similaires au niveau national", précise l’organe de contrôle et de supervision.
 
Il suggère en outre de veiller "à ce que la Commission de recensement des votes à l’extérieur utilise les moyens modernes les plus appropriés pour transmettre à la CNRV (Commission national de recensement des votes) les copies des PV des résultats des bureaux de vote installés dans la juridiction de l’ambassade ou du consulat général".

BK/PON