APS
SENEGAL-LEGISLATIVES-CAMPAGNE

"Manko Yeesal" à Kébémer : un candidat livre les raisons d’une "victoire certaine’’

Kébèmer, 25 juil (APS) - Le premier adjoint au maire de Kébèmer, Ndiaga Diaw, ne doute point de la victoire de la liste de la coalition "Manko Yeesal Sénégal" dans le département de Kébèmer, où sa formation a l’avantage d’être constamment sur le terrain déserté par ses adversaires.
 
"A part les responsables de la coalition Benno Bokk Yaakaar qui font du tapage avec leurs moyens, nous n’avons pas d’adversaires sérieux et nous allons gagner le département que nous n’avons jamais quitté", a dit dans un entretien avec l’APS M. Diaw, investi à la dixième place sur la liste nationale.
 
Il a soutenu que le retour de l’ancien président Abdoulaye Wade, investi tête de liste de la coalition gagnante "Wattu Senegaal", ne pourra pas ébranler la liste "Yeesal", dirigée par son ancien ministre Modou Diagne Fada, lui aussi originaire du département de Kébémer.
 
"Ses partisans ont des problèmes pour avoir déserté leur base depuis belle lurette et ne pourront pas convaincre un nombre important d’électeurs à voter pour la coalition Wattu Senegaal", a encore argumenté le premier adjoint au maire de Kébémer.
 
Le maire de Ndande, Adama Fall, qui dirige la liste départementale affiche également un grand optimisme. Il déclare avoir mis le paquet là où la coalition espère engranger le plus de voix, refusant de donner plus détail pour des questions stratégiques, selon lui.
 
Il a indiqué que la coalition présidentielle (BBY) a injecté récemment beaucoup d’argent dans sa commune pour encourager ses lieutenants à quitter le parti "Yeesal", mais sans succès.
 
"Le passage du Grand Serigne aussi à Ndande n’aura suffi à rien", a déclaré M. Fall qui se dit plus que confiant quant à une victoire de sa formation dans ce département.
 
Il estime que les grandes mobilisations ne servent à rien. Selon lui, les élections législatives du 30 juillet prochain revêtent un enjeu particulier pour leur leader Modou Diagne Fada, en ce sens qu’elles constituent des sortes d’escalier pour la présidentielle. 
 
"On ne peut prétendre diriger le pays sans gagner chez lui", a dit Adama Fall pour qui l’objectif est d’installer Modou Diagne Fada à la présidence en 2019.

ADG/AMD/ASB/ASG