Idrissa Tall, le porte étendard du Rewmi dans le Ndiambour
APS
SENEGAL-POLITIQUE

Idrissa Tall, le porte étendard du Rewmi dans le Ndiambour

Louga, 16 fév (APS) - A 62 ans, Idrissa Tall, président du comité électoral de la coalition "Idy 2019" ambitionne plus que tout de porter à la magistrature suprême son mentor et non moins homonyme, l’ancien Premier ministre, Idrissa Seck, candidat à la présidentielle du 24 février.

Le natif de Vélingara Tall, dans la région de Louga (nord), ne partage pas que le même prénom avec son leader.

Il épouse également les idéaux et pensées politiques du président du parti Rewmi (le pays, en langue wolof) et lui voue une fidélité connue de tous dans la capitale du Ndiambour.

Au point que son élection à la tête de la mairie de Ngidila, une commune des faubourgs de Louga, en 2014, avait, à l’époque, été présentée comme une des belles histoires de ces joutes électorales dans cette localité jadis considérée comme un bastion imprenable du Parti Socialiste (PS), surtout que cette circonscription était âprement convoitée par l’Alliance pour la République (APR, parti au pouvoir).

"Tous les habitants de Louga savent que je suis un homme travailleur, rigoureux. Je déteste l’injustice. Je suis un homme constant et discret. Idrissa Seck a lutté pendant 20 ans dans l’opposition. Il n’est resté avec le pouvoir libéral (2000-2012) que quatre ans. Il avait à l’époque démissionné par refus d’injustice", souligne-t-il.

L’homme au physique imposant met en avant une finesse politique qui lui permet de se battre pour maintenir le flambeau de l’opposition dans cette partie du pays.

"Il n’est pas loin le temps où l’opposition était quasi inexistante à Louga. Il a fallu beaucoup travailler pour la ramener au-devant. Chaque jour, des gens quittent le parti au pouvoir pour nous rallier. Ils viennent spontanément, parce qu’ils ont vu le candidat idéal pour diriger le Sénégal", fait valoir le trésorier de Rewmi.

Une foi et une détermination que l’ancien expatrié tient sans doute de ses différentes pérégrinations en Europe. Il tire d’ailleurs la force de sa motivation de cette étape de sa vie.

"Durant cette aventure, j’ai compris l’importance de la rigueur et de la constance. Je n’ai jamais milité dans un autre parti politique", revendique ce polyglotte, qui ne fait pas mystère de sa sympathie pour la "Jama’atou Ibadou Rahmane", association musulmane dont les membres sont présentés comme des rigoristes.

Le parcours d’ancien émigré rentré au bercail pour s’activer dans l’entrepreneuriat, l’aura de la fidélité et l’immense respect dont il jouit auprès des populations sont autant de choses que le responsable local de Rewmi compte mettre sur la balance pour assurer à son mentor, Idrissa Seck, la victoire à la présidentielle du 24 février.


SK/AKS/BK