Présidentielle 2019 : le président du Conseil constitutionnel évoque
APS
SENEGAL-POLITIQUE-MEDIAS

Présidentielle 2019 : le président du Conseil constitutionnel évoque "le rôle crucial’’ des médias

Mbodiène (Mbour), 27 nov (APS) - Le président du Conseil constitutionnel, Pape Oumar Sakho, a souligné "le rôle crucial’’ que doivent jouer les médias à l’élection présidentielle du 24 février prochain, dans un contexte où, selon lui, l’information, devenue une "ressource stratégique’’, est en "crise (…) sous l’influence des médias sociaux’’. 
 
"Le phénomène de la désinformation, même s’il est ancien, est aujourd’hui indissociable de ces médias sociaux et de leur rôle grandissant, en tant que source d’information, moyen d’influence politique, de manipulation des opinions publiques et d’atteinte à la légitimité des institutions’’, a analysé M. Sakho.
 
Il intervenait à la cérémonie d’ouverture d’un atelier de formation destiné aux responsables des rédactions, mardi, à Mbodiène, dans le département de Mbour (ouest), sur le thème : "Conseil constitutionnel et médias : un dialogue à établir’’. 
 
La rencontre de deux jours est organisée par le Syndicat des professionnels de l’information et de la communication du Sénégal (SYNPICS), de concert avec Conseil constitutionnel. 
 
M. Sakho a par ailleurs fait part de la volonté de l’institution qu’il dirige d’accompagner et d’aider les journalistes à diffuser des informations de qualité, basées sur une bonne connaissance de cette institution et de ses compétences. 
 
"Ce sera l’occasion pour nous d’aborder les compétences du Conseil constitutionnel, non seulement en matière constitutionnelle et consultative, mais aussi et surtout en matière électorale’’, a-t-il dit, espérant qu’au terme de la rencontre, les journalistes disposeront des outils qu’il faut ’’pour évaluer la crédibilité et la fiabilité d’une information relative aux décisions du Conseil constitutionnel’’. 
 
Le secrétaire général du SYNPICS, Ibrahima Khaliloulah Ndiaye, a exhorté les journalistes à toujours se baser sur "les principes sacro-saints de [leur] métier’’. 
 
Il a tenu à leur rappeler l’équidistance qu’il doivent préserver entre les parties concernées par le scrutin présidentiel, la majorité présidentielle et l’opposition, la vérification et le recoupement des informations, la recherche de l’information équilibrée, les respect des principes éthiques, etc. 
 
"Notre pays s’achemine vers l’élection présidentielle de février 2019, un scrutin qui suscite déjà beaucoup de passion et de crispations. En tant que journalistes, animateurs incontournables de la sphère publique, nous devons jouer notre partition dans la construction d’un climat apaisé et propice aux débats, où prévaudra la force de l’argument sur l’argument de la force’’, a suggéré Ndiaye à ses confrères. 
 
D’autres membres du Conseil constitutionnel et le directeur de la communication, Ousseynou Dieng, prennent part à l’atelier.
 
Les débats seront dirigés par le professeur Bababcar Kanté, ancien membre de l’institution, et d’autres spécialistes.

MD/ESF/ASG