Dialogue national : un consensus trouvé sur plusieurs points dont l’audit du fichier électoral
APS
SENEGAL-POLITIQUE

Dialogue national : un consensus trouvé sur plusieurs points dont l’audit du fichier électoral

Dakar, 8 août (APS) – La commission politique du Dialogue national déclare dans un communiqué parvenu jeudi à l’APS avoir constaté ‘’un consensus’’ des parties concernées sur plusieurs points dont ‘’l’évaluation du processus électoral et l’audit du fichier électoral’’ par des experts indépendants.

Ladite commission a ‘’constaté un consensus de toutes les parties prenantes’’ sur ‘’le principe d’un appel à une manifestation d’intérêt pour l’évaluation du processus électoral et l’audit du fichier électoral’’, écrit le général Mamadou Niang, président de la commission cellulaire du Dialogue national.
 
Les parties représentées au sein de la commission politique se sont mises d’accord pour que l’audit du fichier électoral soit ‘’ouvert à des cabinets indépendants nationaux ou internationaux’’.
 
Le consensus porte également sur ‘’l’établissement d’un chronogramme pour la suite [des] discussions’’ entamées par ladite commission.
 
Toutes les parties concernées ont également accepté que soit fait ‘’un tableau récapitulatif des différents griefs, dysfonctionnements ou préoccupations relevés dans le processus électoral et la nécessité d’y apporter des correctifs’’.
 
‘’La commission politique a demandé à la commission cellulaire de saisir le président du comité de pilotage du Dialogue national pour la suite du processus’’, ajoute la même source.
 
Le Dialogue national lancé fin mai par le président sénégalais Macky Sall se déroule sous la présidence d’une personnalité consensuelle, Famara Ibrahima Sagna, un ancien ministre de l’Intérieur, qui en dirige le comité de pilotage.
 
Certaines formations politiques, dont le Parti démocratique sénégalais (PDS), ex-parti au pouvoir, ont refusé de prendre part à cette concertation menée à la suite de profondes rivalités entre le parti au pouvoir et ses alliés d’un côté, et ses rivaux de l’autre.

Les rivalités portent en partie sur les résultats de l’élection présidentielle du 24 février dernier remportée par Macky Sall, face à quatre autres candidats dont certains au moins contestent les conditions de sa réélection sans toutefois déposer des recours.

SG/ESF