Des organisations dénoncent toute utilisation de l’appartenance confrérique à des fins électoralistes
APS
SENEGAL-PRESIDENTIELLE-RELIGION

Des organisations dénoncent toute utilisation de l’appartenance confrérique à des fins électoralistes

Thiès, 21 fév (APS) - Le Forum citoyen pour l’émergence et l’Alliance pour le développement des valeurs éternelles et spirituelles au Sénégal (ADVES) dit dénoncer toute forme d’instrumentalisation de l’appartenance confrérique dans le cadre de la présidentielle dont le premier tour est prévue dimanche.
 
"Nous pensons que nous ne devons pas être insouciants (et) négligents face à ce que nous avons remarqué ces temps derniers, l’utilisation, la manipulation dans les réseaux sociaux de l’appartenance confrérique pour en faire un vote pour ou contre", a dit Abdoul Aziz Kébé, coordonnateur du Forum citoyen. 
 
Il faisait cette déclaration devant des journalistes, au terme d’une rencontre tenue mercredi dans un hôtel de Thiès, sur le thème de "la cohésion dans le Coran". 
 
Outre le Forum citoyen, la rencontre avait enregistré la participation de l’ADVES, de la communauté "Ashaboul Khahfi", ainsi que d’imams. 
 
"Le Forum citoyen se réclame de l’héritage de Cheikh Ahmadou Bamba et de (celui) de El Hadji Malick Sy, deux héritages à propos desquels nous ne faisons aucune distinction", a d’emblée souligné Abdoul Aziz Kébé. 
 
Par cette initiative, il s’agissait de "se faire l’écho" de l’injonction du Coran au Prophète Mouhamad (PSL) : "Lèves-toi et avertis", a expliqué M. Kébé, par ailleurs délégué général au pèlerinage à La Mecque.
 
Pour lui, "à un moment grave de renouvellement ou de retrait de confiance", que constitue l’élection, les programmes des candidats doivent "respecter l’unité, la stabilité et la fraternité de notre pays". 
 
Il appelle dès lors à "ne pas transformer les cercles d’inclusion qui nous réunissent en des cercles d’exclusion". 
 
"Ces cercles nous permette d’être ensemble, de travailler ensemble et de jouir ensemble", a-t-il souligné, avant de relever que la diversité ne devrait pas conduire vers la confrontation et la violence "qui détruiraient le pays". 
 
Selon Abdoul Aziz Kébé, les confréries constituent des "piliers et des ressorts" qui permettent au Sénégal d’"amortir les chocs et de rester solide". 
 
Il relève que les guides religieux des deux confréries tidiane et mouride s’étaient rencontrés par le passé alors que le pays était au bord d’une "fracture confrérique", pour "montrer le chemin", en consolidant le socle de cette cohésion du pays, à travers un modèle d’unité et de fraternité dans un pays qui a comme devise un peuple un but une foi. 
 
"N’acceptons pas qu’après, on nous lègue cet héritage que des (gens) utilisent les confréries comme instrument de confrontation, pour créer un vote pour ou un vote contre", a dit Abdoul Aziz Kébé. 
 
Il a invité les électeurs de toutes sensibilités à aller voter "dans la paix et à rentrer (chez eux) dans la paix" après s’être acquitté de leur devoir citoyen, tout en promettant de poursuivre la sensibilisation. 
 
"Nous pensons que le vote du 24 doit refléter ce que nous sommes et ne doit pas être un vote confrérique, ni régional, ni ethnique, ni d’aucune identité remarquable. Il doit être un vote pour la stabilité et pour le Sénégal", a-t-il conclu.
 

ADI/BK