Dernier hommage à l’ancien ministre de la Culture Moustapha Ka
APS
SENEGAL-POLITIQUE-SOCIETE

Dernier hommage à l’ancien ministre de la Culture Moustapha Ka

Dakar, 4 nov(APS) – Des responsables du Parti socialiste, des écrivains, des amis et des parents ont rendu dimanche un dernier hommage à l’ancien ministre de la Culture, Moustapha Ka, décédé samedi à Dakar, a constaté l’APS.
 
"C’était un homme de valeurs et de principes qui a servi loyalement son pays en tenant compte des enseignements qui transparaissent à travers les différents postes de responsabilité qu’il a eu à occuper", a dit le député Abdoulaye Willane, lors de la cérémonie de levée du corps de feu Moustapha Ka à l’hôpital Principal de Dakar.
 
Selon lui, "la disparition de ce dernier est une perte incommensurable, mais en côtoyant et tenant compte de l’immensité de son œuvre et de ses rapports avec les citoyens et avec les institutions de la République Moustapha Ka est une perspective".
 
"Nous présentons nos condoléances à la nation tout entière bien sûr au Kadior et au Saloum parce qu’il fût directeur, maire, ministre et vice-président de l’Assemblée nationale", a lancé le porte-parole du PS. 
 
Il a ajouté que "toutes les générations du Parti socialiste sont là pour accompagner leur ancien camarade de parti à sa dernière demeure, saluer sa mémoire et prier pour le repos de son âme".
 
"Moustapha Ka a créé la Biennale des arts et des lettres en 1990’’, a quant à lui rappelé le président de l’Association des écrivains du Sénégal (AES), Aliou Badara Bèye, saluant "la mémoire d’un très cultivé sur le plan de la littérature et du cinéma".
 
"Il a été également le pionnier de beaucoup d’actes culturels comme les grands prix des arts et lettres", a-t-il ajouté, soulignant "avoir publié avec les éditions Maguilène son premier recueil de poème intitulé "Mirador".
 
Ndèye Binetou Diallo, l’épouse du défunt ministre de la Culture a pour sa part témoigné que "Moustapha Ka s’est donné corps et âme pour entretenir et assurer l’éducation de ses enfants", ajoutant qu’il était "digne, loyal et n’avait pas besoin du bien d’autrui".
 
"C’est quelqu’un aussi qui fût très reconnaissant et intègre donc nous prions pour que la terre de Touba lui soit légère", a-t-elle notamment dit. "Il est toujours difficile de se séparer avec un homme avec lequel vous avez partagé trente années de vie conjugale", a conclu Mme Ka.
 
Moustapha Kâ l’ancien ministre de la Culture sous le régime du président Abdou Diouf dans les années 90, est décédé samedi à l’hôpital Principal de Dakar. 

DS/ASB