Dakar-Plateau : le vote se déroule normalement au centre Mame-Adja-Yacine-Diagne
APS
SENEGAL-LEGISLATIVES-SCRUTIN

Dakar-Plateau : le vote se déroule normalement au centre Mame-Adja-Yacine-Diagne

Dakar, 30 juil (APS) – Le scrutin se déroule normalement dans les 18 bureaux de vote de l’école Mame-Adja-Yacine-Diagne, dans le quartier de Dakar-Plateau, a constaté l’APS en début de matinée.
 
Six des 18 bureaux de vote de ce centre sont délocalisés dans un autre endroit.
 
Le vote avec le récépissé attestant l’inscription des électeurs au fichier électoral a retardé par moments le vote, en raison de la vérification nécessaire, concernant les votants munis de ce papier, faute de carte d’électeur.
 
Certains détenteurs du récépissé en question ont pu retrouver leur bureau de vote, grâce à des personnes de bonne volonté. 
 
D’autres n’ont pu retrouver leur bureau et sont repartis sans s’acquitter de leur droit civique, un désagrément causé par l’impossibilité des services du ministère de l’Intérieur de leur délivrer leur carte d’électeur.
 
Le détenteur d’un récépissé dont l’inscription effective au fichier électoral est vérifiée peut être autorisé à voter à "titre exceptionnel", s’il s’est muni de l’ancienne carte nationale d’identité numérisée, ou de l’ancienne carte d’électeur numérisée, ou du passeport ou d’un document d’immatriculation présenté et permettant de l’identifier.
 
Cette possibilité a été offerte aux électeurs n’ayant pu retirer leur carte d’électeur, sur avis favorable du Conseil constitutionnel, qui a été saisi à cet effet par le président de la République, Macky Sall.
 
"A titre exceptionnel, pour les élections législatives prévues le 30 juillet 2017, l’électeur n’ayant pu retirer sa carte d’identité CEDEAO faisant office de carte d’électeur, mais dont l’inscription sur les listes électorales est vérifiée, peut voter sur présentation de son récépissé d’inscription accompagné de l’un des documents ci-après, dès lors que celui-ci permet de s’assurer de son identité", a écrit le Conseil constitutionnel. 
 
Les "documents ci-après" sont l’ancienne carte d’identité nationale numérisée, l’ancienne carte d’électeur numérisée, le passeport ou tout autre document d’immatriculation jugé recevable par les superviseurs et contrôleurs du scrutin.
 
Le Conseil constitutionnel fait état des "circonstances exceptionnelles" dans lesquelles se déroule le processus d’organisation des élections législatives de ce dimanche.
 
Cette juridiction estime que ce scrutin est "caractérisé notamment par des inscriptions massives, ainsi que des lenteurs et dysfonctionnements dans la distribution des cartes d’électeurs non imputables aux citoyens eux-mêmes".
 
"De nombreux Sénégalais jouissant de leurs droits civils et politiques et inscrits sur les listes électorales risquent ainsi d’être privés de l’exercice du droit de vote garanti par la Constitution", a argué le Constitutionnel pour les autoriser à voter sans la carte d’électeur.


SK/OID/ESF