Kolda : des arrestations lors d’une marche pour la libération d’Ousmane Sonko
APS
SENEGAL-POLITIQUE-MANIFESTATIONS

Kolda : des arrestations lors d’une marche pour la libération d’Ousmane Sonko

Kolda, 5 mars (APS) - Cinq personnes ont été arrêtées par les forces de l’ordre, vendredi, à Kolda (sud), lorsque des centaines de jeunes sont sortis dans la rue pour exiger la libération de l’opposant Ousmane Sonko, a constaté le correspondant de l’APS.
 
Les personnes arrêtées ont été conduites au commissariat central de police de la ville.
 
"Libérez Sonko", scandaient les manifestants qui ont incendié des pneus dans les rues, occasionnant un important nuage de fumée.
 
Dans la confusion, les commerces ont baissé rideau. La circulation routière a été bloquée dans plusieurs routes de la commune chef-lieu de région.
 
Des échauffourées ont eu lieu entre les manifestants et les forces de l’ordre qui ont quadrillé les bâtiments administratifs de la commune pour empêcher la foule d’y accéder.
 
Aucun blessé n’a été signalé, des dégâts matériels non plus. C’est la première manifestation publique liée à l’arrestation d’Ousmane Sonko, dans la ville de Kolda.
 
M. Sonko, leader des Patriotes du Sénégal pour le travail, l’éthique et la fraternité (Pastef), a été placé en garde à vue à la section de recherches de la Gendarmerie nationale, à Colobane, à Dakar, depuis mercredi.
 
L’opposant avait été arrêté par des éléments du Groupement d’intervention de la Gendarmerie nationale au moment où il se rendait au palais de justice de Dakar pour déférer à une convocation d’un juge d’instruction.
 
Ousmane Sonko, député et candidat à l’élection présidentielle de 2019, était convoqué par le magistrat à la suite d’accusations de "viols répétés" et de "menaces de mort" portées sur lui par une employée d’un salon de beauté et de massage situé à Dakar.

Son arrestation a provoqué une vague de manifestations et de pillages dans plusieurs villes du pays, à Dakar notamment. Au moins deux personnes ont été tuées lors de ces manifestations. 
 
Des partis d’opposition et des mouvements de la société civile ont lancé un appel à manifester, ce vendredi.

MG/ESF/ASG/BK