Des scientifiques africains à l’école japonaise
APS
SENEGAL-AFRIQUE-JAPON-COOPERATION

Des scientifiques africains à l’école japonaise

Dakar, 6 déc (APS) - Des universitaires africains et japonais ont pris part ce jeudi à Dakar à un atelier de partage de connaissances et de recueil de recommandations sur l’intervention nippone dans le domaine du développement de la science, de la technologie et de l’innovation en Afrique. 

Cet atelier est organisé pour la première fois en Afrique par l’Agence scientifique et de développement technologique du Japon (JST), en partenariat avec le ministère sénégalais de l’Enseignement supérieur.

Il a enregistré la présence d’universitaires venus du Japon, du Sénégal et du Kenya, qui ont partagé leurs expériences en matière technologique.

Il a été ouvert par le ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation Marie Teuw Niane.

Ce dernier s’est réjoui du choix porté sur le Sénégal pour "abriter cet atelier d’échange et de recueil de recommandations pour la première fois en terre africaine.’’

Le Japon constitue "une référence en matière de technologie et d’innovation’’, a rappelé le ministre selon qui le Sénégal, de son côté, a fait du développement du numérique une priorité.

"Le Japon est sans doute le pays le plus avancé dans la société numérique, avec notamment sa vision d’une société japonaise 5.0, qui est une synthèse de la machine, de l’homme et de l’intelligence artificielle’’, a relevé Mary Teuw Niane.

Il a par ailleurs salué l’importance d’une telle manifestation qui constitue selon lui "un cadre privilégié pour un échange entre les acteurs des communautés scientifiques africaine et japonaise.’’

Mary Teuw Niane souligne qu’avec une jeunesse africaine porteuse d’innovation et "très intéressée par le numérique, le Japon montre des pistes à explorer pour le développement de startups qui sont en mesure d’aboutir à la création d’emplois à grande échelle et dont le substrat est la science et la technologie.’’

Le président de JST, Dr Michinari Hamaguichi, a rappelé que cet atelier s’inscrit dans le cadre de la préparation de la Conférence internationale de Tokyo sur le développement de l’Afrique (TICAD 7), prévue en 2019 au Japon.

Il a souligné que ce rendez-vous est l’occasion d’"explorer les possibilités de coopérations en matière numérique et de l’intelligence artificielle qui sont en cours de réflexion à tous les niveaux dans le système éducatif nippon."

SMD/ASG/BK