Ziguinchor : des musulmans invitent l’ONU à
APS
SENEGAL-BIRMANIE-SOUTIEN

Ziguinchor : des musulmans invitent l’ONU à "prendre ses responsabilités’’ pour la sécurité des Rohingyas

Ziguinchor, 29 sept (APS) – L’Organisation des Nations unies (ONU) doit prendre "toutes ses responsabilités’’ en vue de garantir le retour des ‘’Rohingyas’’, la minorité musulmane birmane, dans un environnement de paix et de sécurité, ont estimé vendredi les responsables de la Coordination des associations islamiques et des familles religieuses de Ziguinchor (sud).
 
Lors de la prière de vendredi dans les différentes mosquées de Ziguinchor, les imams ont multiplié les appels pour un rassemblement des fidèles musulmans à la célèbre place de Gao en soutien aux ‘’Rohingyas’’. Cette minorité musulmane de l’ouest de la Birmanie est considérée par l’ONU comme étant ‘’l’une des plus persécutée dans le monde’’.
 
‘’Ce qui se passe en Birmanie semble dévoiler la politique du +deux poids deux mesures+ dans la défense des droits humains et de la justice universelle’’, lit-on dans un mémorandum écrit par le collectif des imams de Ziguinchor, en présence de plusieurs fidèles musulmans.
 
‘’Nous exigeons que l’ONU prenne ses responsabilités afin de garantir le retour des Rohingyas dans leur pays, ainsi que leur droit de vivre dans un environnement de paix et de sécurité’’, a insisté l’imam Al Hassane Ndir dans une déclaration lue en français, en wolof, en diola et en mandingue.
 
Ce collectif, qui regroupe aussi les associations islamiques et les familles religieuses de Ziguinchor, a appelé la communauté internationale et les pays membres de l’Organisation de coopération islamique (OCI) à ‘’agir fermement et à entreprendre des mesures contraignantes pour stopper ce massacre et ce génocide sur ces populations innocentes’’.
 
Cette structure a aussi demandé à la Cour pénale internationale (CPI), de ‘’se saisir du dossier et de poursuivre les auteurs des massacres pour génocide et crime contre l’humanité’’.
 
Les responsables de cette organisation ont également salué ‘’la position du Sénégal et celle de certains pays de la Oummah islamique qui ont condamné les atrocités subies par la minorité ethnique Rohingyas en Birmanie’’.
 
Ces musulmans ont surtout accusé ‘’les autorités birmanes et les milices bouddhistes locales de vouloir éradiquer et effacer ce peuple considéré comme des apatrides’’. 
 
‘’Même l’ONU a reconnu que c’est l’une des minorités au monde la plus persécutée (…) son secrétaire général a même parlé de +nettoyage ethnique+’’, a poursuivi Al Hassane Ndir en citant des statistiques qui ‘’font froid au dos’’.
 
‘’Au cours du mois d’août 2017, plus de 6334 musulmans ont été tués, 8349 blessés, 500 femmes violées, 103 villages brûlés, 250 mosquées détruites et plus d’un demi-million de personnes contraintes à l’exil au Bangladesh voisin dans des camps de misère surpeuplés’’, a-t-il conclu.

MTN/ASG