Gabon : l’OIF appelle la population à
APS
AFRIQUE-POLITIQUE-DENOUEMENT

Gabon : l’OIF appelle la population à "garder son calme"

Dakar, 23 sept (APS) - La secrétaire générale de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF), Michaëlle Jean, appelle la population gabonaise à garder son calme en attendant la proclamation, ce vendredi, des résultats de l’élection présidentielle du 27 aout dernier, suite au recours introduit par l’opposition devant la Cour constitutionnelle.
 
"Alors que la Cour constitutionnelle s’apprête à rendre ses attendus, je demande avec la plus grande solennité à l’ensemble de la population gabonaise de garder son calme, aux acteurs politiques d’être à la hauteur de la situation et aux forces régaliennes de sécurité d’assurer l’ordre public dans un esprit républicain", dit-elle dans des propos rapportés par un communiqué transmis à l’APS.
 
L’issue de la présidentielle gabonaise, dont les résultats provisoires donnent au président sortant Ali Bongo une avance de 5.000 voix sur son challenger, Jean Ping, restent soumis à l’arbitrage de la Cour constitutionnelle gabonaise, saisi par le candidat de l’opposition.
 
L’ancien président de la Commission de l’Union africaine a longtemps hésité à saisir la Cour constitutionnelle, arguant que les décisions de cette dernière sont toujours favorables au pouvoir.
 
Le recours de M. Ping porte sur les résultats de la province du Haut-Ogooué, fief du clan Bongo, où le président sortant a obtenu 95% des suffrages.
 
Un chiffre contesté par l’opposition qui demande que les votes de cette province soient recomptés "bureau de vote par bureau de vote", faisant part de ses soupçons de fraude.
 
Le camp du pouvoir bat en brèche ces allégations et avait laissé entendre qu’il pourrait également être amené à demander la même procédure dans d’autres localités du pays.
 
"En ces heures délicates pour l’avenir du Gabon, la famille francophone, qui demeure aux côtés de toutes les Gabonaises et tous les Gabonais, ne peut rester silencieuse", ajoute la SG de la Francophonie dans ce communiqué.
 
"La Francophonie reste mobilisée, aux côtés de ses partenaires internationaux, pour apporter son concours à tous les acteurs gabonais de bonne volonté animés d’un idéal démocratique pour l’avenir de leur pays", déclare-t-elle.
 
Selon Mme Jean, les citoyens gabonais "se sont exprimés dans la dignité le 27 août dernier. Ils attendent légitimement que l’expression de leur souveraineté se reflète dans la conclusion de ce processus électoral".
 
"Nous avons déjà eu à déplorer trop de violences. Elles ne doivent absolument pas se renouveler. L’épuisement des voies de recours légales ne devrait jamais affecter la volonté des acteurs politiques à privilégier le dialogue en vue d’un règlement pacifique des différends liés à l’élection présidentielle", souligne Michaëlle Jean.
 
ASB/BK