Vers un programme visant à mettre fin aux violences contre les femmes et les filles
APS
AFRIQUE-MONDE-POPULATION

Vers un programme visant à mettre fin aux violences contre les femmes et les filles

De l’envoyé spécial de l’APS, Abdoulaye Iba Faye 

Nairobi (Kenya), 12 nov (APS) – La secrétaire générale adjointe des Nations unies, Amina Mohamed a annoncé, mardi à Nairobi (Kenya), la mise en œuvre d’un programme visant à mettre fin aux violences contre les filles et les femmes dans près de 60 pays dans le monde.
 
‘’Le système des Nations unies est en train de travailler à cela et l’a déjà entrepris dans plus de 30 pays de 4 régions du monde avec un financement de près de 100 millions de dollars’’, a-t-elle notamment dit.
 
Elle animait un panel, juste après l’ouverture officielle, dans la capitale kényane, de la Conférence internationale sur la population et le développement (CIPD) placée sous le thème ’’Accélérer les promesses’’.
 
D’après Amina Mohamed, l’Agenda 2030 relatif aux objectifs du développement durable (ODD) offre aux Nations unies de nouvelles opportunités pour optimiser la réussite de ce programme.
 
Elle affirme que ‘’la réussite de ce programme donnera la liberté aux femmes et aux filles, mais permettra aussi au système des Nations Unies d’avoir de nouveaux partenariats et de nouveaux engagements’’.
 
Elle ajoute que ‘’cela nous permettra de revitaliser toutes ces relations bilatérales pour travailler de pair avec l’Union Européenne, pour mettre fin à toute forme de violence contre les femmes et les filles’’.
 
La SG adjointe des Nations union indique que le résultat de ce programme ne consiste pas à changer les attitudes des jeunes personnes, encore moins à mobiliser les chefs traditionnels pour soutenir l’interdiction de la mutilation génitale des femmes, 
 
‘’Notre objectif, c’est d’éliminer la violence faite aux femmes et aux filles avant 2030 et c’est pourquoi nous travaillons étroitement avec les gouvernements, les partenaires, les sociétés civiles, [...]’’, a -t-elle encore expliqué.
 
La CIPD25 qui se tient jusqu’à jeudi, a pour objectif, 25 ans après la conférence du Caire en 1994, de parachever les promesses, mais aussi d’aller vers des engagements politiques et financiers très forts.

LTF/ASG