Les forces françaises exhortées à favoriser l’émergence de projets de développement  en Afrique
APS
SENEGAL-AFRIQUE-FRANCE

Les forces françaises exhortées à favoriser l’émergence de projets de développement en Afrique

Dakar, 6 nov (APS) - La ministre française des Armées, Florence Parly, a exhorté les forces françaises présentes en Afrique dans le cadre du maintien de la paix, à aller au-delà de leurs interventions, en facilitant l’émergence de ’’vrais’’ projets de développement.

’’Les militaires agissent pour les populations, rétablissent dans certains cas, l’eau, l’électricité, administrent des soins de santé aux popualtions, mais il faut aller au-delà : franchir une étape supplémentaire qui est de faciliter l’émergence de vrais projets de développement’’, a-t-elle préconisé.

Elle s’exprimait, lundi, à Dakar, à l’occasion d’une réception organisée à la résidence de l’ambassadeur de France à Dakar, après l’ouverture du cinquième Forum international de Dakar sur la paix et la sécurité (5-6 nov).

‘’Cette année, nous avons insisté pour que la paix soit également de la responsabilité des Africains et qu’il fallait donc faire en sorte que les militaires qui sont dans les zones de conflits puissent travailler du mieux possible avec tous les acteurs du développement, pour rétablir les conditions de vie et d’existence des populations qui sont les première victimes du terrorisme’’, a déclaré Mme Parly.

Elle a souligné que ‘’les pays africains sont invités à travailler en synergie pour une paix durable’’, assurant que "la France sera en appui’’.

Frolence Parly a insisté sur la nécessité d’"une Afrique responsable de sa paix’’ et rappelé que "l’appui de la France aux pays africains est multiple’’. Elle a cité en particulier celui qu’elle apporte aux forces armées des pays du G5 Sahel, une organisation regroupant le Burkina Faso, le Mali, la Mauritanie, le Niger et le Tchad.

‘’Les actions que la France mène pour pouvoir faciliter la montée en puissance de ces initiatives prises de façon courageuse par les pays du G5 Sahel, sont multiples. Qu’il s’agisse d’une force conjointe dans le domaine de la sécurité mais également de l’Alliance pour le Sahel’’, a martelé la ministre.

A ce sujet, elle a rappelé que ‘’le président Macron a été l’un des premiers artisans de [l’] action de collecte de fonds pour équiper cette force’’. "La France est présente à côté de la Minusma [Mission multimensionnelle des Nations unies pour la stabilisation au Mali] et d’autres organisations européennes’’, a-t-elle encore rappelé.

L’autre action consiste d’après elle à faciliter les relations avec les acteurs au développement, que sont l’Agence française de développement (AFD) ou tous les autres opérateurs qui doivent profiter du travail réalisé par les forces de sécurité pour permettre le retour à des conditions de vie normale.

SBS/ASG/OID