Le PAIGC remporte les législatives bissau guinéennes, sans majorité absolue
APS
GBISSAU-SCRUTIN-RESULTATS

Le PAIGC remporte les législatives bissau guinéennes, sans majorité absolue

De l’envoyé spécial de l’APS, Mohamed Tidiane Ndiaye

Bissau, 13 mars (APS) - Le Parti africain pour l’indépendance de la Guinée et du Cap-Vert (PAIGC) a remporté les législatives organisées dimanche dernier en Guinée Bissau avec 47 des 102 sièges de l’Assemblée nationale, a appris l’APS de la Commission nationale électorale.

Mais bien qu’étant arrivé premier, le parti historique n’a pu atteindre le seuil des 52 élus permettant d’obtenir la majorité absolue.
 
Le MADEM, Mouvement pour l’alternance et la démocratie, se classe deuxième avec 27 sièges devant le Parti pour la rénovation sociale (PRS) qui obtient 21 députés, selon Soumaïla Sani de ladite commission.
 
L’APO-PDGB, Alliance pour le peuple uni du Parti démocratique de Guinée Bissau, obtient cinq députés, devançant l’Union pour le changement (UM) et le PND (Parti de la nouvelle démocratie) qui remportent respectivement un siège.
 
Les autres listes parmi les 21 qui ont pris part à ces législatives dont le scrutin s’est tenu dimanche dernier, n’ont remporté aucun siège.
 
L’annonce de ces résultats projetés dans un hôtel de Bissau devant les représentants des partis politiques et les observateurs électoraux, a provoqué des scènes de liesse dans certains quartiers, en particulier dans le centre ville, fief du PAIGC.
 
"Ces élections législatives constituent une plus-value pour la nouvelle démocratie de la Guinée Bissau", a réagi Soumaila Sani, de la Commission nationale électorale, peu après avoir dévoilé les résultats du scrutin.
 
Ces législatives devraient permettre à la Guinée-Bissau de tourner une page d’instabilité et de blocage qui dure depuis trois ans en raison du basculement de la majorité parlementaire du côté de l’opposition, à la suite de défections dans les rangs du PAIGC.
 
Des résultats de cette consultation électorale dépendra la formation d’un nouveau gouvernement, alors que le pays a connu sept premiers ministres en moins de cinq ans. 
 
Selon les dispositions de la Constitution bissau-guinéenne, le poste de Premier ministre doit revenir au chef du parti vainqueur des législatives.
 
De fait, le régime parlementaire en vigueur en Guinée-Bissau est souvent source d’instabilité, en raison d’une cohabitation parfois difficile entre l’exécutif et la majorité parlementaire, s’ils sont de camps différents.

MTN/ASG/BK